Dès le mois d'août, un premier bateau électrique sera accueilli en primeur mondiale dans le port d'Anvers. Construit par la société néerlandaise Port-Liner, une émanation du très discret groupe Van Meegen, qui a reçu dans ce cadre un subside européen de 7 millions d'euros, ce...

Dès le mois d'août, un premier bateau électrique sera accueilli en primeur mondiale dans le port d'Anvers. Construit par la société néerlandaise Port-Liner, une émanation du très discret groupe Van Meegen, qui a reçu dans ce cadre un subside européen de 7 millions d'euros, ce " Tesla des canaux ", long de 52 mètres pourra embarquer 24 conteneurs de 20 pieds ou 425 tonnes de vrac. Il sera, certes, alimenté par une batterie de la même taille que les conteneurs qu'il transporte, mais le moteur électrique ne nécessitant pas de salle des machines, la capacité du bateau s'en trouvera, à taille égale, accrue. Il pourra également naviguer sans équipage, du moins sur les trajets équipés à cet effet, ce qui n'est pas encore d'actualité. Destiné à la navigation intérieure, ce bateau sera le premier d'une série de cinq, de sorte que les autorités portuaires anversoises pourront organiser 10 départs hebdomadaires de barges électriques vers l'intérieur du pays. Son autonomie sera de 15 heures et dans chaque terminal, la batterie pourra être soit remplacée, soit rechargée. Le marché s'annonçant prometteur, une version plus grande, longue de 110 mètres, avec une autonomie portée à 35 heures, est déjà en préparation. Six barges de ce type pourraient permettre une économie annuelle de 18.000 tonnes de CO2 à condition, bien entendu, d'être alimentées par de l'électricité verte.