Le contenant a-t-il eu raison du contenu ? Ou plus simplement l'appellation populaire a-t-elle fini par l'emporter ? Un peu des deux sans doute. Depuis toujours, quand ils veulent consommer une De Koninck ...

Le contenant a-t-il eu raison du contenu ? Ou plus simplement l'appellation populaire a-t-elle fini par l'emporter ? Un peu des deux sans doute. Depuis toujours, quand ils veulent consommer une De Koninck dans un bar, les Anversois commandent une bolleke, par allusion au verre dans lequel cette bière ambrée est servie. Son brasseur a donc fini par s'incliner et acter ce changement de dénomination lors la récente Bollekesfeest au cours de laquelle un millier de tonneaux ont été mis en perce. Ne dites dès lors plus De Koninck, mais Bolleke De Koninck. Brassant à son apogée près de 140.00 hectolitres, la brasserie De Koninck connaissait depuis le tournant du siècle quelques difficultés financières. Moortgat a fini par la racheter en 2010 au nez et à la barbe du néerlandais Heineken. A noter que le groupe, qui a dépassé pour la première fois en 2018 le cap des deux millions d'hectolitres toutes marques confondues, mise résolument sur l'exportation. Il vend ainsi désormais davantage aux Etats-Unis qu'en Belgique.