Pour fêter ses 20 ans, le Théâtre de Namur présente, courant septembre, deux spectacles d'un genre différent. La vrille du chat, par la compagnie Back Pocket, s'intègre à cette tendance du nouveau cirque travaillant autant la dramaturgie que ...

Pour fêter ses 20 ans, le Théâtre de Namur présente, courant septembre, deux spectacles d'un genre différent. La vrille du chat, par la compagnie Back Pocket, s'intègre à cette tendance du nouveau cirque travaillant autant la dramaturgie que l'acrobatie. Ils sont sept en scène, acteurs-danseurs défiant le temps et ses principes physiques. Comme dans un film qu'il serait possible d'accélérer ou de temporiser à loisir, les jeunes corps s'efforcent de surprendre de manière brute et virtuose, par exemple avec ce dispositif imaginé par le scénographe Yoann Bourgeois : un escalier-pyramide où le mur devient sol ou plafond, c'est selon. Autre déséquilibre, celui de Jan Lauwers & Needcompany dans La chambre d'Isabella, classique du metteur en scène et plasticien anversois. Ce " chant d'amour à l'adresse d'une femme " tient autant à l'éblouissante interprétation de l'actrice Viviane De Muynck qu'au contexte de sa prestation : une femme, vieille et aveugle, coincée dans une chambre parisienne, engloutie dans les objets hérités des voyages de son père disparu, rêve d'Afrique et d'ailleurs.