En mai, un projet test portait sur trois communes. Aujourd'hui, elles sont 83 et les autres devraient suivre incessamment. Prochainement, tout propriétaire de Flandre pourra ainsi vérifier si le terrain sur lequel se trouve son habitation est pollué ou non, et cel...

En mai, un projet test portait sur trois communes. Aujourd'hui, elles sont 83 et les autres devraient suivre incessamment. Prochainement, tout propriétaire de Flandre pourra ainsi vérifier si le terrain sur lequel se trouve son habitation est pollué ou non, et cela en interrogeant le site web degrotegrondvraag.be. Il pourra le faire sans la moindre inquiétude : si son terrain a été pollué et qu'il n'y est pour rien, le gouvernement flamand en assainira gratuitement le sol. Pas tout de suite, mais dans un délai raisonnable. Le gouvernement flamand tente ainsi d'éradiquer les " pollutions historiques ". Quelque 85.000 terrains sont concernés et plus de la moitié d'entre eux n'ont jamais été auscultés. Il reste dès lors plus de 40.000 dossiers qui devraient être traités avant 2028 afin que le gouvernement flamand puisse avoir terminé les assainissements projetés en 2036. Les terrains concernés ne sont pas ceux qui ont autrefois abrité de grands sites industriels. Ces derniers sont déjà sous contrôle. Mais du nettoyage à sec au garage en passant par les imprimeries ou les stations-services, les sources de pollution discrète, qui datent pour la plupart des années 1960, restent nombreuses et doivent elles aussi être éliminées, explique Jean Verheyen de l'Ovam, société en charge de la gestion des déchets.