" J'entends faire valoir chez Crelan ma longue expérience au sein d'un grand groupe bancaire coopératif ", clame Philippe Voisin. Le Français de 54 ans prend aujourd'hui le relais de Luc Versele, qui préside désormais le conseil d'administration. Avec un chiffre d'affaires de 20,4 milliards d'euros, Crelan est la septième banque de Belgique, née de la fusion de Centea et du Crédit Agricole.

Philippe Voisin est entré au service de Crelan en septembre 2012. Ces cinq dernières années, il a occupé la fonction de chief risk officer et a été membre du comité de direction et responsable de la gestion des risques, des contrôles et de la conformité. La nomination de Philippe Voisin a eu lieu alors que le Crédit Agricole français possédait encore 50 % des actions de Crelan. En 2015, les caisses coopératives belges ont racheté les actions du Crédit Agricole et depuis lors, Crelan est une banque à ancrage coopératif 100 % belge. Philippe Voisin est toutefois resté en poste.

Affinité pour la Belgique

" Le choix n'a pas été facile, reconnaît-il. Je bénéficiais d'un beau palmarès et d'une grande crédibilité au Crédit Agricole. Le groupe français m'a fait plusieurs propositions pour poursuivre ma carrière dans la maison. Mais l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle a aussi son importance. J'ai souvent déménagé au cours de ma carrière et il arrive un moment où on a envie de se fixer. Ma famille et moi nous sentons bien à Bruxelles. Autre point important : ma fille logopède exerce ici. "

Philippe Voisin a toujours eu une certaine affinité pour la Belgique. Son père qui était fonctionnaire a passé plusieurs années à Kinshasa, du temps du Congo belge. En poste à Parme de 2007 à 2012 pour la banque Cariparma, une filiale italienne du Crédit Agricole, Philippe Voisin rencontrait régulièrement des Belges employés à l'European Food Safety Authority et leurs enfants fréquentaient la même école internationale.

A l'instar de son père, Philippe Voisin a étudié le droit. Après avoir brièvement oeuvré pour Airbus, il est entré au Crédit Agricole qui l'a fait voyager dans toute la France, de Paris à Lyon en passant par Châlons-sur-Saône. " A cette époque, le Crédit Agricole se profilait comme la banque retail par excellence sur le marché des entreprises. En 1992, j'ai été rappelé à Paris pour créer un corporate center à Saint-Denis. Nous avons réussi à nous imposer sur le marché parisien des entreprises. "

De 1996 à 2000, Philippe Voisin a travaillé pour le département asset management du Crédit Agricole. Il était en charge de l'offre de fonds de placements des caisses régionales du CA. En 2000, il est retourné à la direction centrale à Paris et a été nommé responsable du suivi des risques de crédits (leasing, factoring, corporate). Quelques années plus tard, le voilà propulsé au poste de directeur de Crédit Agricole Leasing.

En 2007, Philippe Voisin quitte la France pour l'Italie et plus précisément pour Cariparma, une banque italienne qui a racheté le Crédit Agricole à Banca Intesa. " Je suis sorti de ma zone de confort, se souvient-il. J'ai débarqué dans une banque que je ne connaissais pas, dans un pays de culture différente, avec une langue différente que je ne parlais pas. J'ai appris à quel point il est important de s'adapter pour se faire accepter et respecter comme leader. C'est pourquoi, aujourd'hui, je me suis mis au néerlandais. "

Priorités

En Italie, Philippe Voisin a gravi les échelons de directeur risques à directeur général de la banque. D'acquisitions en acquisitions, il a fait de la banque locale Cariparma un acteur incontournable sur la scène nationale. Il ambitionne le même parcours chez nous. L'excellente collaboration avec Luc Versele, promu président du conseil d'administration, l'a conforté dans sa décision d'accepter la fonction de CEO chez Crelan.

Philippe Voisin distingue trois priorités pour la banque. Crelan doit développer de nouvelles activités (comme les assurances et la gestion de patrimoine) pour se développer. Le groupe doit aussi améliorer sa rentabilité. Il réalise actuellement un rendement sur fonds propres de 6,2 %, une faible performance comparé à celle des autres banques belges. Enfin, Philippe Voisin veut renforcer l'identité de Crelan : " Je crois dans la force du modèle de Crelan, dans son capital humain, dans l'efficacité des agents indépendants ".

Patrick Claerhout

" Notre stratégie pour les prochaines années est placée sous le signe de la croissance et du développement de nouvelles activités. "