Lancée en mai 2017, itsme connaît un essor fulgurant. Poussée dans le dos par l'introduction du Covid Safe Ticket qui l'a popularisée auprès de nombreux Belges, l'application d'identification a vu son nombre d'utilisateurs grimper en flèche, alors que celui-ci était d...

Lancée en mai 2017, itsme connaît un essor fulgurant. Poussée dans le dos par l'introduction du Covid Safe Ticket qui l'a popularisée auprès de nombreux Belges, l'application d'identification a vu son nombre d'utilisateurs grimper en flèche, alors que celui-ci était déjà de 2,7 millions en 2020. Actuellement, chaque usager actionne l'application entre six et huit fois par mois, pour un total mensuel de 25 à 35 millions d'utilisations. Des chiffres qui vont continuer à croître d'autant que cinq à dix entreprises s'ajoutent chaque mois aux 250 qui proposent déjà l'application comme méthode d'authentification. Plus de 1.000 plateformes du secteur public y ont également déjà recours. Si l'appli cartonne, et que son chiffre d'affaires a plus que doublé en 2021 pour atteindre 11,4 millions d'euros, elle reste toutefois en perte (3,4 millions). L'équilibre financier est espéré d'ici 2024 ou 2025. Son expansion devrait passer par une extension de ses services à destination des jeunes à partir de 16 ans, et par un développement à l'international. Un pied a déjà été posé aux Pays-Bas (Rotterdam), un second pourrait l'être à Luxembourg. Pour rappel, itsme a été créée par un consortium rassemblant les quatre grandes banques du pays (KBC, ING, BNP Paribas Fortis et Belfius) et trois opérateurs télécoms (Proximus, Telenet, Orange).