Après un dernier concert à l'Ancienne Belgique le 7 mars 2020, quatre jours avant le premier confinement, vous retournez enfin sur scène cet été. Votre sentiment?
...

Après un dernier concert à l'Ancienne Belgique le 7 mars 2020, quatre jours avant le premier confinement, vous retournez enfin sur scène cet été. Votre sentiment? On a une demi-douzaine de dates prévues entre le 25 juin à Braine-le-Comte et le 28 août à Seraing. Je suis hyper-enthousiaste et hyper-confiant même si on sent des réticences, notamment à cause des variants. Peut-on vraiment se lâcher? Peut-on faire le premier pas en toute insouciance? Vous tournez à trois sur scène. Oui, le guitariste Guillaume Vierset, le batteur Olivier Cox et moi-même qui chante, joue des claviers et de la basse. On a vécu une année où il fallait répéter, dérouiller les chansons, se voir, échanger du son... Puis, on s'est préparé pour le printemps. Et puis pour l'automne. Et puis à nouveau pour le printemps... Donc en avril 2021, même s'il n'y avait pas encore de feu vert, on s'est dit qu'il fallait y aller, tenter de nouveaux morceaux, etc. C'était cela, la dynamique. Malgré l'ambiance pas sereine, d'autant que l'actuelle météo n'est pas terrible. Donc? On se dit qu'il est temps de retoucher autrui, de retrouver les gens qui ont été occupés à gérer ce qui leur tombait sur la tête. Mais qu'il faut être vachement motivé pour le faire ( il rit). Cette période va changer quelque chose: il y a désormais une espèce d'urgence dans l'écriture. Les chansons vont s'attarder sur des sujets bien précis, vivaces, même s'ils ne vivent pas très longtemps.