Parallèlement à un splendide livre sur le sujet, publié chez Kana, l'expo "Pékin-Hankou" raconte un impressionnant périple ferroviaire au Train World.
...

Parallèlement à un splendide livre sur le sujet, publié chez Kana, l'expo "Pékin-Hankou" raconte un impressionnant périple ferroviaire au Train World. Oui et cette histoire résonne sur plusieurs plans: l'épidémie de coronavirus a commencé à Hankou, aujourd'hui Wuhan. Mais ce qui me frappe dans tout cela, ce sont les rapports que l'on entretient aujourd'hui avec la Chine, qui n'a absolument pas voulu participer à l'expo. Peut-être parce que cela lui rappelle une mauvaise période, quand le pays était fragile et faisait face à des prédateurs assez redoutables. Mais encore? Nos rapports avec les Chinois sont complexes et prennent aussi leurs racines dans cette aventure de la fin du 19e siècle et du suivant, qui durera sept ans et sera notamment menée par un brillant ingénieur belge, Jean Jadot, qui a dirigé la construction de cette ligne Pékin-Hankou. Son petit-fils - de même nom et prénom - nous a d'ailleurs considérablement aidés à nourrir l'expo via les archives familiales. Que nous apprend cette histoire sur la Belgique? Qu'elle était une puissance extrêmement importante de l'époque et qu'elle est plutôt amnésique sur son histoire. Il ne s'agit pas seulement de scénographie et de poser les cadres: cela doit être beaucoup plus ambitieux et c'est pour cela que j'ai longtemps tourné autour du sujet, passionnant mais difficile à incarner.