Présentez-nous Muziekpublique...
...

Présentez-nous Muziekpublique... Nous sommes une ASBL bilingue qui défend les musiques du monde, même si je n'aime pas trop ce terme un rien restrictif, avec une préférence pour les traditions et les formules acoustiques. Nous organisons des concerts, le plus souvent au Théâtre Molière, porte de Namur à Bruxelles, mais nous mettons aussi sur pied des ateliers et des rencontres avec les artistes. Nous avons une académie qui compte 650 élèves et 50 professeurs : cet aspect-là est aussi extrêmement important dans notre approche. On produit et on manage également une série d'artistes, avec le sentiment d'avoir la nécessité d'exporter leurs musiques au-delà de la Belgique. Comment se passent vos concerts actuels alors que les frontières sont fermées ? Toutes les tournées des artistes sont déplacées, certaines déjà en 2022... On a actuellement au moins un concert par semaine au Molière dont la capacité (400 spectateurs) a naturellement été adaptée aux circonstances : on peut en accueillir 250. Parmi les musiques à venir ? On attend beaucoup de la soirée du 7 novembre où l'on présente un très chouette trio féminin, Las Lloronas, qui a commencé comme groupe de rue à Bruxelles. Ces trois femmes ont un univers très intéressant, un mélange de slam et de traditions du monde, avec de très belles voix. Et puis nous aurons deux soirées, les 13 et 14 novembre, titrées Flamenco ! qui rassemblent deux chanteurs, un guitariste et une danseuse. Nous avons une quinzaine de concerts d'ici la fin de l'année et je crois que, plus que jamais, on a besoin de ces musiques...