Présentez-nous Café Congo...
...

Présentez-nous Café Congo... Nous sommes installés au Studio CityGate depuis un peu plus d'une année. C'est une ancienne usine d'Anderlecht occupée par des bureaux, des lieux d'expos et de rencontres, ainsi que par des ateliers d'artistes, souvent afro-descendants. L'idée de départ était d'explorer mes racines, en partie africaines, et de tisser des escales, de créer des synergies entre les gens et les genres. Nous organisons quelques événements mensuels. Et des collaborations, notamment avec les Halles de Schaerbeek lors de la seconde édition du festival Bruxelles/Africapitales qui se déroulera du 6 octobre au 20 décembre. En collaboration avec la Wetsi Art Gallery bruxelloise, vous présentez " ARTS Congo EZA ", au parc Royal. De quoi s'agit-il ? Nous allons accrocher les oeuvres d'une douzaine d'artistes aux grilles du parc, à la hauteur du Musée BELvue. Il s'agit pour la plupart de créateurs belgo-congolais travaillant à Bruxelles. Il y aura également une performance de l'artiste Precy Numbi, fabricant de " robots sapiens " , le 17 septembre vers 17 heures. Le choix du lieu n'est pas neutre... A l'occasion des 60 ans de l'indépendance du Congo, nous avons eu l'idée du parc Royal comme symbole d'équilibre mémoriel : beaucoup d'artistes belges ont cette double identité qui engendre des traces narratives, issues de cette rencontre Belgique-Congo, des migrations et de cette notion " atmosphérique " de transfert, de refuge et de métissage.