Keramis a publié ce 3 mai un communiqué de presse dénonçant ses conditions de financement : que se passe t-il ?

Keramis est sous-financé depuis son ouverture en 2015, alors que le lieu comme les collections appartiennent à la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB). Qui nous accorde un financement annuel de 340.000 euros, assorti d'aides à l'emploi d'un montant de 85.000 euros, alors que nous avons déjà 312.000 euros de frais de personnel. Après deux ans d'un tel fonctionnement, on n'y arrive plus : le CA a donc décidé, de manière prévisionnelle, de donner des préavis à trois travailleurs. Depuis juillet dernier, nous demandons un refinancement à la ministre Alda Greoli. Sans réponse jusqu'ici.

Vous réduisez les heures d'accès au musée et allez suspendre les expos temporaires : n'est-ce pas se tirer une autre balle dans le pied ?

A partir du moment où votre plan de trésorerie vous indique que vous serez en dépôt de bilan dès novembre, les administrateurs - tenus personnellement responsables depuis la récente révision des lois sur les ASBL - ne sont pas très heureux à la perspective de devoir payer de leur poche. Surtout que nous sommes contrôlés par un réviseur d'entreprise nous incitant aux économies.

Il faut inviter le public à venir voir la très belle expo de Sofi van Saltbommel, tenue jusqu'au 29 septembre...

Oui, nous donnons sa chance à une artiste de la FWB qui travaille les liens entre la céramique, la parure et le masque. Une expo pleine d'originalité qui devait être suivie par celle d'un autre artiste de la FWB, Hugo Meert, que nous ne pourrons malheureusement pas organiser...

www.keramis.be