"La Russie a suffisamment progressé d'un point de vue économique pour ne plus mériter un traitement préférentiel accordé aux pays moins avancés, conformément aux règles du programme GSP", estime Washington. Les actions de la Russie dans la crise ukrainienne ne sont pas en lien direct avec cette décision du président Obama, a précisé Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité national. La Maison Blanche a justifié cette décision par le fait que la Russie était passée l'année dernière dans la catégorie des pays "à hauts revenus" du classement établi par la Banque mondiale. Cette mesure paraît largement symbolique, car elle n'affectera qu'une infime partie des exportations russes vers les Etats-Unis, selon les chiffres du bureau du représentant spécial au Commerce extérieur. Ainsi, en 2012, la Russie a exporté pour quelque 29 milliards de dollars de produits aux Etats-Unis, dont 544 millions seulement ont bénéficié d'un régime privilégié au titre du programme GSP. (Belga)

"La Russie a suffisamment progressé d'un point de vue économique pour ne plus mériter un traitement préférentiel accordé aux pays moins avancés, conformément aux règles du programme GSP", estime Washington. Les actions de la Russie dans la crise ukrainienne ne sont pas en lien direct avec cette décision du président Obama, a précisé Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité national. La Maison Blanche a justifié cette décision par le fait que la Russie était passée l'année dernière dans la catégorie des pays "à hauts revenus" du classement établi par la Banque mondiale. Cette mesure paraît largement symbolique, car elle n'affectera qu'une infime partie des exportations russes vers les Etats-Unis, selon les chiffres du bureau du représentant spécial au Commerce extérieur. Ainsi, en 2012, la Russie a exporté pour quelque 29 milliards de dollars de produits aux Etats-Unis, dont 544 millions seulement ont bénéficié d'un régime privilégié au titre du programme GSP. (Belga)