En 2011, la joint venture EMIRAJE Systems LLC, dans laquelle la filiale d'Airbus, Airbus Défense et espace, était associée, s'était vu confier un contrat de fourniture d'un "système de commandement et de contrôle (...) des forces armées émiraties", selon un communiqué de l'époque de cette filiale du groupe européen d'aéronautique et de défense. "La première phase de ce contrat est évaluée à 550 millions de dollars (près de 400 millions d'euros)", soulignait le communiqué. Selon l'édition en ligne du quotidien allemand Die Welt qui cite des documents internes d'Airbus, les Emirats ont fait part de leur "volonté de résiliation amiable du contrat indiqué". Interrogé par le journal, un porte-parole de la division défense d'Airbus a confirmé l'arrêt du projet, précisant que les autres projets du groupe avec les Emirats n'étaient pas affectés par ce dossier précis. (Belga)

En 2011, la joint venture EMIRAJE Systems LLC, dans laquelle la filiale d'Airbus, Airbus Défense et espace, était associée, s'était vu confier un contrat de fourniture d'un "système de commandement et de contrôle (...) des forces armées émiraties", selon un communiqué de l'époque de cette filiale du groupe européen d'aéronautique et de défense. "La première phase de ce contrat est évaluée à 550 millions de dollars (près de 400 millions d'euros)", soulignait le communiqué. Selon l'édition en ligne du quotidien allemand Die Welt qui cite des documents internes d'Airbus, les Emirats ont fait part de leur "volonté de résiliation amiable du contrat indiqué". Interrogé par le journal, un porte-parole de la division défense d'Airbus a confirmé l'arrêt du projet, précisant que les autres projets du groupe avec les Emirats n'étaient pas affectés par ce dossier précis. (Belga)