À deux pas du centre-ville, l'établissement est juché sur la colline du Publémont qui domine la place Saint-Lambert. Chargé d'histoire, il présente de magnifiques ensembles architecturaux aux ambiances distinctes (117 chambres, 8 suites, 13 salles de séminaires, le restaurant L'Atelier du Sélys et Osmose, un savant mélange entre un centre de fitness et un spa d'exception). Seul et unique hôtel cinq étoiles de la province de Liège, il a ouvert ses portes en 2011 après quatre ans de travaux, entre fouilles archéologiques, réhabilitation du patrimoine, construction d'une nouvelle aile de sept étages et conceptualisation des lieux.

Anciennement exploité sous l'enseigne Crowne Plaza (groupe IHG) - une franchise qui lui coûtait les yeux de la tête -, l'établissement est devenu Les Comtes de Méan début 2017. Aujourd'hui, il opère un nouveau virage aux côtés de partenaires locaux. "Nous sommes un hôtel indépendant depuis deux ans seulement. Face à la concurrence, il est difficile de se positionner sur le marché. Notre but premier est d'acquérir une identité propre et positive sans porter préjudice à nos cinq étoiles. À cette fin, nous avons décidé de nous entourer de spécialistes", explique Marjorie Piette, Revenue Manager.

Face à la concurrence, il est difficile de se positionner sur le marché - Marjorie Piette

Vue extérieure © Les Comtes de Méan

Think Big

Tombée dans l'hôtellerie à l'âge de 15 ans, Anne-Sophie Braine à l'origine de la société Think Big accompagne les hébergeurs en tout genre (hôtels, gîtes, chambres d'hôtes, villages de vacances, auberges de jeunesse). Son rôle consiste à élaborer une stratégie commerciale qui se décline en différentes actions tout au long de l'année, et à relever les défis liés à la rentabilité, la différenciation, la visibilité et la révolution numérique.

À ses côtés, Justine Toussaint de Wondercom, une agence de communication spécialisée dans les secteurs de la restauration et de l'hôtellerie, se charge de la communication numérique, notamment sur les sacro-saints réseaux sociaux, à coups de contenus tantôt promotionnels, tantôt informatifs pour attirer et fidéliser les clients.

Pour Les Comtes de Méan, Think Big a mis au point une stratégie qui vise à déconstruire la vision du luxe. Anne-Sophie Braine : "Nous souhaitons inciter le visiteur, y compris le Liégeois, à franchir la barrière des cinq étoiles en balayant le cliché du serveur aux gants blancs et en démontrant que l'hôtel est une destination en soi, ouverte à tous, plutôt qu'un hébergement réservé à une clientèle de passage." La voie choisie pour y parvenir est l'interaction avec les talents émergents de la Cité ardente dans une optique win-win : mettre en avant leur travail tout en bénéficiant de leur influence et en touchant la communauté qu'ils ont su créer autour d'eux. "Une démarche qui s'inscrit parfaitement dans l'esprit de cohésion de la We Generation", souligne Anne-Sophie Braine.

L'hôtel est une destination en soi, ouverte à tous - Anne-Sophie Braine

Bar Urbain

Depuis le 16 mai dernier, Les Comtes de Méan propose un nouveau concept éphémère : le Bar Urbain. La décoration de celui-ci a été confiée à l'artiste liégeoise Pupa, dont les fresques entièrement réalisées à la main ont ce supplément d'âme qui marque les esprits (et les réseaux sociaux). "L'aménagement de la terrasse était une volonté de la direction. Pupa propose un style ludique et poétique que l'on n'associe peut-être pas d'emblée au luxe. Mais cette contradiction entraîne précisément la distance recherchée par rapport à l'aura du luxe", indique Anne-Sophie Braine.

Live painting © Les Comtes de Méan

Dans une ambiance tropicale, l'artiste a créé une oeuvre unique en live painting sur le chalet-bar du rooftop à l'occasion de son inauguration. Résultat : un espace et une ambiance hors des sentiers battus pour ce haut lieu ouvert du jeudi au dimanche de 14 à 22 heures. "Amoureuse de ma ville, je suis très fière d'aider les commerçants à augmenter leur visibilité. Ce projet m'a permis de découvrir un endroit que je ne connaissais pas et une équipe dynamique. En plus d'intégrer le végétal et la couleur dans la ville, j'ai pris plaisir à jouer la carte jungle en dessinant un singe", se réjouit l'artiste qui est aussi à l'origine de L'Appartement, une galerie nomade qui prend ses quartiers deux fois par an dans une habitation différente.

Les rencontres se suivent et ne se ressemblent pas dans l'agréable salon de L'Atelier du Sélys. À peine avons-nous terminé de discuter avec Pupa que Roberto Fernandez des Vintrépides débarque avec ses bouteilles qui ont entre-temps pris place sur les étagères du Bar Urbain. "Nous représentons un collectif de vignerons français et espagnols. Nous importons et distribuons des vins bios, biodynamiques ou issus de l'agriculture raisonnée. Sans oublier un rhum, un gin et, depuis peu, un pastis que nous élaborons en Belgique", explique le représentant des Vintrépides, dont la boutique est située en Neuvice, cette charmante rue piétonne qui fait la part belle à l'artisanat.

Pastis Ardent © Les Vintrépides

Expérience client

Pour Anne-Sophie Braine, la priorité doit être accordée à l'expérience vécue par le client pendant son séjour, mais aussi avant et après. Alors que le restaurant de l'hôtel s'est offert les services d'un nouveau chef qui répond au nom d'Arnaud Delvenne et propose une carte alliant saveurs du terroir et influences contemporaines, le spa a été totalement remis à neuf. Par ailleurs, différents packages ont été imaginés. La version Family comprend par exemple un séjour complet avec une nuitée et un repas, ainsi que des activités et des produits pour enfants, en collaboration avec la boutique liégeoise Wattitude Kids, afin de prolonger l'expérience à la maison. Par ailleurs, un brunch thématique est proposé chaque mois et des pratiques de yoga s'invitent désormais sur la terrasse du Bar Urbain.

Peut-on espérer une version hivernale du Bar Urbain façon Haute-Savoie ? "Nous attendons les chiffres de cette première édition avant de nous prononcer. Mais nous serions ravis de demander à Pupa de plancher sur une collection hiver", répond Anne-Sophie Braine tout sourire.