"Même si la crise financière n'est pas l'argument déterminant, le Belge moyen est convaincu qu'il devra travailler plus longtemps que l'actuelle génération de pensionnés. 60 ans est l'âge moyen auquel les personnes interrogées déjà pensionnées sont parties à la retraite. Mais 65 ans est l'âge moyen auquel les personnes actives qui ont participé à l'enquête pensent qu'elles prendront leur retraite. Sur ce plan, la Belgique n'est pas une exception. Dans les autres pays européens aussi la population active s'attend à prendre sa retraite en moyenne 5 ans plus tard que la génération actuelle de pensionnés", explique ING. Seule une petite majorité des Belges pensionnés estime disposer de revenus suffisamment confortables. Les personnes aujourd'hui pensionnées estiment que les futurs pensionnés ne pourront pas se permettre le même train de vie qu'elles actuellement. C'est ce que pensent un peu plus de 60 % des pensionnés belges. "Les Belges encore actifs sont relativement fort inquiets quant à savoir s'ils auront suffisamment d'argent pour jouir d'une retraite confortable. Et les Français, les Italiens et les Espagnols se font encore plus de soucis", souligne ING. ING a mené une enquête sur les pensions en Belgique mais aussi dans 10 pays européens et en Turquie. (MUA)

"Même si la crise financière n'est pas l'argument déterminant, le Belge moyen est convaincu qu'il devra travailler plus longtemps que l'actuelle génération de pensionnés. 60 ans est l'âge moyen auquel les personnes interrogées déjà pensionnées sont parties à la retraite. Mais 65 ans est l'âge moyen auquel les personnes actives qui ont participé à l'enquête pensent qu'elles prendront leur retraite. Sur ce plan, la Belgique n'est pas une exception. Dans les autres pays européens aussi la population active s'attend à prendre sa retraite en moyenne 5 ans plus tard que la génération actuelle de pensionnés", explique ING. Seule une petite majorité des Belges pensionnés estime disposer de revenus suffisamment confortables. Les personnes aujourd'hui pensionnées estiment que les futurs pensionnés ne pourront pas se permettre le même train de vie qu'elles actuellement. C'est ce que pensent un peu plus de 60 % des pensionnés belges. "Les Belges encore actifs sont relativement fort inquiets quant à savoir s'ils auront suffisamment d'argent pour jouir d'une retraite confortable. Et les Français, les Italiens et les Espagnols se font encore plus de soucis", souligne ING. ING a mené une enquête sur les pensions en Belgique mais aussi dans 10 pays européens et en Turquie. (MUA)