"Le taux d'épargne reste bien en-deçà du niveau, de plus de 19%, qu'il avait atteint au début de l'année 2009 au plus fort de la crise financière", constate l'ICN. Le revenu disponible brut des ménages a augmenté de 0,3% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, à l'image de la hausse des rémunérations des salariés. Les autres composantes du revenu se sont globalement stabilisées. Avec une hausse de 0,5%, les dépenses de consommation finale ont augmenté un peu plus rapidement que le revenu disponible, ce qui a pesé sur le taux d'épargne des ménages. Par ailleurs, le taux d'investissement des ménages s'est stabilisé à 9,6% au cours du troisième trimestre de 2012. Les dépenses d'investissement -qui comprennent les dépenses en construction et en rénovation de logements ainsi que les investissements consentis par les indépendants- se sont accrues au même rythme que le revenu disponible, soit de 0,3% par rapport au trimestre précédent. Depuis le quatrième trimestre de 2010, le taux d'investissement des ménages montre une tendance baissière quasi ininterrompue, relève encore l'ICN. (BAJ)

"Le taux d'épargne reste bien en-deçà du niveau, de plus de 19%, qu'il avait atteint au début de l'année 2009 au plus fort de la crise financière", constate l'ICN. Le revenu disponible brut des ménages a augmenté de 0,3% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, à l'image de la hausse des rémunérations des salariés. Les autres composantes du revenu se sont globalement stabilisées. Avec une hausse de 0,5%, les dépenses de consommation finale ont augmenté un peu plus rapidement que le revenu disponible, ce qui a pesé sur le taux d'épargne des ménages. Par ailleurs, le taux d'investissement des ménages s'est stabilisé à 9,6% au cours du troisième trimestre de 2012. Les dépenses d'investissement -qui comprennent les dépenses en construction et en rénovation de logements ainsi que les investissements consentis par les indépendants- se sont accrues au même rythme que le revenu disponible, soit de 0,3% par rapport au trimestre précédent. Depuis le quatrième trimestre de 2010, le taux d'investissement des ménages montre une tendance baissière quasi ininterrompue, relève encore l'ICN. (BAJ)