Le salon du secteur du transport routier We are Transport s'est tenu les 1er, 2 et 3 juin derniers à Bruxelles. Ce nouvel événement professionnel est une organisation de la fédération sectorielle Transport en Logistiek Vlaanderen (TLV) en collaboration avec la Febiac. L'initiative se concentre notamment sur les carburants alternatifs pour le transport de marchandises et sur les nouveaux systèmes de sécurité. Deux défis non négligeables p...

Le salon du secteur du transport routier We are Transport s'est tenu les 1er, 2 et 3 juin derniers à Bruxelles. Ce nouvel événement professionnel est une organisation de la fédération sectorielle Transport en Logistiek Vlaanderen (TLV) en collaboration avec la Febiac. L'initiative se concentre notamment sur les carburants alternatifs pour le transport de marchandises et sur les nouveaux systèmes de sécurité. Deux défis non négligeables pour un secteur qui a de nombreux chats à fouetter.En ordre disperséDans ce secteur en souffrance, il est symptomatique que les employeurs opèrent en ordre dispersé. We are Transport est le bébé de l'association professionnelle Transport en Logistiek Vlaanderen. Les organisations sectorielles nationales Febetra et UPTR n'y participent pas. Plutôt We are Divided que We are Transport donc. Le schisme dans le secteur du transport ne date pas d'hier, mais en ces temps difficiles, il est grand temps de cesser les combats d'arrière-garde et de s'entendre.Le secteur du transport ne peut pas se permettre de s'attaquer à des dossiers complexes comme le dumping social, l'écologisation de la flotte, la sécurité, la concurrence internationale, la congestion, la recherche et la formation de chauffeurs, etc. en étant divisé. Les fédérations doivent emprunter la même voie que les sociétés de transport qui s'engagent pleinement dans les économies d'échelle et la consolidation.Plus d'impactCe n'est pas un hasard si les membres des conseils d'administration de la Febetra et de l'UPTR se sont réunis à Vilvorde pour réfléchir à une meilleure collaboration. "Nous espérons franchir un palier dans la défense professionnelle du secteur", déclarent-ils. Les deux fédérations nationales appellent également leurs collègues de TLV à soutenir cette initiative.Parler à nouveau de collaboration, c'est bien. Mais joindre le geste à la parole, c'est mieux. Les entreprises ont compris depuis longtemps que le secteur du transport divisé doit davantage s'exprimer d'une seule voix afin d'accroître son impact et d'être mieux entendu. L'union fait la force. À vous de jouer.Traduction : virginie·dupont·sprl