Miranda Ulens (SETCa) parle d'une "grève de mécontentement". "La direction de Belfius s'accroche obstinément aux plans initiaux depuis février. Elle ne tient absolument pas compte d'une importante partie du personnel qui est mécontente." Elle est rejointe par sa collègue Martine Lefèvre (CGSLB): "La CNE et la LBC ne représentent même pas la moitié du personnel." La semaine passée, une manifestation spontanée avait réuni plusieurs centaines de membres du personnel devant le siège de Belfius, place Rogier à Bruxelles. Des actions sont également possibles jeudi chez Belfius. Le SETCa appelle à participer à la manifestation syndicale que la FGTB et la CSC organisent dans la capitale. Celle-ci passera également devant les bureaux de Belfius. Le SETCa ajoute que des actions juridiques suivront. Selon le plan d'économies, la banque veut supprimer 670 postes et procéder à des réductions salariales. (Belga)

Miranda Ulens (SETCa) parle d'une "grève de mécontentement". "La direction de Belfius s'accroche obstinément aux plans initiaux depuis février. Elle ne tient absolument pas compte d'une importante partie du personnel qui est mécontente." Elle est rejointe par sa collègue Martine Lefèvre (CGSLB): "La CNE et la LBC ne représentent même pas la moitié du personnel." La semaine passée, une manifestation spontanée avait réuni plusieurs centaines de membres du personnel devant le siège de Belfius, place Rogier à Bruxelles. Des actions sont également possibles jeudi chez Belfius. Le SETCa appelle à participer à la manifestation syndicale que la FGTB et la CSC organisent dans la capitale. Celle-ci passera également devant les bureaux de Belfius. Le SETCa ajoute que des actions juridiques suivront. Selon le plan d'économies, la banque veut supprimer 670 postes et procéder à des réductions salariales. (Belga)