"Comme déjà mentionné les mois derniers, cette évolution à la baisse s'explique au moins partiellement par une modification réglementaire, à savoir la prolongation du stage d'insertion de 9 à 12 mois. De plus, le mois d'août est un mois de vacances qui peut également être influencé par des phénomènes saisonniers. Il convient donc d'être prudent dans les interprétations et d'attendre les prochains mois pour évaluer les tendances", souligne l'ONEm dans un communiqué. En août, le nombre de chômeurs a davantage baissé en Wallonie (187.517 chômeurs complets, en baisse de 4,7%) qu'en Flandre (147.532 chômeurs, soit un recul de 4%) et à Bruxelles (75.525 chômeurs, -2%). On comptabilisait par ailleurs 109.756 chômeurs temporaires en août 2012; ce qui correspond plus ou moins au nombre observé en août 2011 (+187 ou + 0,2%). "En moyenne au cours des trois derniers mois, on enregistre 129.572 chômeurs temporaires. Cela signifie une hausse de 20.817 (+19,1%) par rapport à la même période de l'année précédente. Une explication peut se trouver dans la détérioration de la conjoncture économique", constate l'ONEm. (JAV)

"Comme déjà mentionné les mois derniers, cette évolution à la baisse s'explique au moins partiellement par une modification réglementaire, à savoir la prolongation du stage d'insertion de 9 à 12 mois. De plus, le mois d'août est un mois de vacances qui peut également être influencé par des phénomènes saisonniers. Il convient donc d'être prudent dans les interprétations et d'attendre les prochains mois pour évaluer les tendances", souligne l'ONEm dans un communiqué. En août, le nombre de chômeurs a davantage baissé en Wallonie (187.517 chômeurs complets, en baisse de 4,7%) qu'en Flandre (147.532 chômeurs, soit un recul de 4%) et à Bruxelles (75.525 chômeurs, -2%). On comptabilisait par ailleurs 109.756 chômeurs temporaires en août 2012; ce qui correspond plus ou moins au nombre observé en août 2011 (+187 ou + 0,2%). "En moyenne au cours des trois derniers mois, on enregistre 129.572 chômeurs temporaires. Cela signifie une hausse de 20.817 (+19,1%) par rapport à la même période de l'année précédente. Une explication peut se trouver dans la détérioration de la conjoncture économique", constate l'ONEm. (JAV)