L'arrêté wallon considère que " la mise sous film plastique des publications gratuites n'est pas indispensable à leur distribution, et que les alternatives avérées sont disponibles sur le marché, notamment pour le regroupement des publications, leur protection éventuelle et leur adressage ". Fini, donc, le film plastique autour des envois postaux, les entreprises devront mettre en oeuvre d'autres moyens (écologiques) pour protéger ou regrouper leurs envois postaux.
...