Dix ans qu'il est intérimaire. Et il est loin de s'en plaindre. Si Pierre Van Scherpenzeel enchaîne les missions comme legal interim manager, c'est d'abord par choix. " J'ai besoin de bouger régulièrement et je ne suis pas fan des règles hiérarchiques trop rigides. J'apprécie mon rôle d'électron libre ", explique le juriste. Avocat dans un cabinet bruxellois pendant sept ans, il se retrouve comme beaucoup d'autres confronté au fameux plafond de verre : sans possibilité de progresser dans l'association, il préfère quitter la structure et se présente chez Vialegis, un bureau spécialisé en placement de juristes. Il preste une première mission de trois semaines... qui en amènera beaucoup d'autres. Rapidement, les propositions se succèdent. " En 10 ans, j'ai peut-être eu deux semaines de flottement ", souligne-t-il. Aujourd'hui, Pierre Van Scherpenzeel partage son temps entre ses clients personnels, dont il s'occupe via son propre cabinet d'avocat, et ses missions de legal interim dans de grandes entreprises qui ont besoin d'une expertise ponctuelle en droit bancaire ou en droit de l'énergie, ses deux spécialités.
...