En voie de disparition sur le territoire où elle a pourtant vu le jour au 19e siècle, la culture du chicon vient d'être inscrite sur la li...

En voie de disparition sur le territoire où elle a pourtant vu le jour au 19e siècle, la culture du chicon vient d'être inscrite sur la liste du patrimoine immatériel bruxellois par Pascal Smet, le secrétaire d'Etat au Patrimoine, afin que son savoir-faire soit préservé.Elle y rejoint le spéculoos, la bière et les friteries. L'urbanisation a fortement réduit la culture du chicon à Bruxelles même si elle vit une renaissance depuis 2015. La Belgique, où la plupart des producteurs sont désormais situés en Flandre, subit d'ailleurs la concurrence de plus en plus rude des coopératives françaises. Le Belge est le plus grand mangeur de chicons au monde. Il en consomme huit kilos chaque année.