Mardi après-midi, la cour d'appel de Bruxelles a rejeté le recours de l'opérateur Telenet, introduit en 2011, contre la décision des régulateurs belges des médias relative à l'ouverture des réseaux de télédistribution par câble à d'autres opérateurs. Les câblo-opérateurs demandent la suspension de la décision des régulateurs belges des médias, arguant qu'il n'existe aucune raison d'ouvrir les réseaux de télédistribution. Selon Cable Belgium, cette décision entraînerait des frais "déraisonnablement élevés" et retarderait l'entrée dans l'ère numérique. "Depuis 2005, tous les câblo-opérateurs ont consenti des efforts gigantesques pour garantir le bon déroulement du passage de la télévision analogique à la télévision numérique", indique l'association dans son communiqué. "Cable Belgium ne comprend donc pas pourquoi une réglementation se justifierait sur un marché dynamique à l'égard d'une ancienne technologie et d'une nouvelle technologie, qui va encore exiger des investissements et des innovations considérables." La Cour d'appel de Bruxelles se prononcera le 9 octobre sur les recours en suspension introduits par Brutélé, Numericable et Tecteo. (DDM)

Mardi après-midi, la cour d'appel de Bruxelles a rejeté le recours de l'opérateur Telenet, introduit en 2011, contre la décision des régulateurs belges des médias relative à l'ouverture des réseaux de télédistribution par câble à d'autres opérateurs. Les câblo-opérateurs demandent la suspension de la décision des régulateurs belges des médias, arguant qu'il n'existe aucune raison d'ouvrir les réseaux de télédistribution. Selon Cable Belgium, cette décision entraînerait des frais "déraisonnablement élevés" et retarderait l'entrée dans l'ère numérique. "Depuis 2005, tous les câblo-opérateurs ont consenti des efforts gigantesques pour garantir le bon déroulement du passage de la télévision analogique à la télévision numérique", indique l'association dans son communiqué. "Cable Belgium ne comprend donc pas pourquoi une réglementation se justifierait sur un marché dynamique à l'égard d'une ancienne technologie et d'une nouvelle technologie, qui va encore exiger des investissements et des innovations considérables." La Cour d'appel de Bruxelles se prononcera le 9 octobre sur les recours en suspension introduits par Brutélé, Numericable et Tecteo. (DDM)