Vonovia propose 53 euros par action, un euro de plus que lors de la précédente opération, qui a échoué fin juillet faute d'avoir convaincu assez d'actionnaires. Le groupe a fixé au 20 septembre la date limite de cette offre.

Il s'agit "de la meilleure et dernière offre", fait valoir Vonovia dans un communiqué. "Une augmentation du prix est exclue", tout comme une nouvelle tentative en cas d'échec.

La cible soutient le rachat, qui doit donner naissance à un mastodonte de l'immobilier avec plus de 500.000 logements.

La précédente offre avait échoué car le taux d'acceptation final n'avait atteint que 47,62%, moins que les 50% nécessaires pour la réussite de l'opération. Le seuil d'acceptation reste fixé à 50% pour la nouvelle offre, dont la fin "est prévue" le 20 septembre 2021.

La première tentative remonte à 2016. Deutsche Wohnen s'était alors opposé au mariage, estimant trop bas le prix proposé.

Ces grands fonds immobiliers jouent un rôle de premier plan dans le marché allemand, mais à Berlin, où son parc de logements est concentré, Deutsche Wohnen souffre d'une image peu reluisante de spéculateur qui alimente la hausse des prix.

Vonovia et Deutsche Wohnen "continuent de penser qu'une fusion des deux sociétés est judicieuse d'un point de vue stratégique et sociétal", selon le communiqué.

Vonovia propose 53 euros par action, un euro de plus que lors de la précédente opération, qui a échoué fin juillet faute d'avoir convaincu assez d'actionnaires. Le groupe a fixé au 20 septembre la date limite de cette offre. Il s'agit "de la meilleure et dernière offre", fait valoir Vonovia dans un communiqué. "Une augmentation du prix est exclue", tout comme une nouvelle tentative en cas d'échec. La cible soutient le rachat, qui doit donner naissance à un mastodonte de l'immobilier avec plus de 500.000 logements. La précédente offre avait échoué car le taux d'acceptation final n'avait atteint que 47,62%, moins que les 50% nécessaires pour la réussite de l'opération. Le seuil d'acceptation reste fixé à 50% pour la nouvelle offre, dont la fin "est prévue" le 20 septembre 2021. La première tentative remonte à 2016. Deutsche Wohnen s'était alors opposé au mariage, estimant trop bas le prix proposé. Ces grands fonds immobiliers jouent un rôle de premier plan dans le marché allemand, mais à Berlin, où son parc de logements est concentré, Deutsche Wohnen souffre d'une image peu reluisante de spéculateur qui alimente la hausse des prix. Vonovia et Deutsche Wohnen "continuent de penser qu'une fusion des deux sociétés est judicieuse d'un point de vue stratégique et sociétal", selon le communiqué.