Dans sa politique contre les logements inoccupés, la Ville de Bruxelles, via sa cellule "Stratégies de développement" (CSD), se donne comme mission de trouver des solutions à l'inoccupation des immeubles sur son territoire.

La stratégie mise en place afin de lutter contre ce phénomène repose sur un recensement effectué sur le terrain tous les deux ans, depuis 2015. Sur la période 2020-2021, la CSD a dénombré 694 immeubles à l'abandon ou inoccupés, soit 42 de plus qu'au cours de la période 2018-2019, et 121 terrains dans cette situation (111 au cours des deux années précédentes).

Quelque 551 cas de vacances ont été résolus (468 en 2018-2019).

Bruno Bauwens (PTB) s'est demandé si la Ville fait suffisamment usage de la mesure coercitive d'expropriation. En 2019, il n'y a eu qu'un seul cas; en 2021, il y avait trois dossiers en cours. L'échevine Mutyebele a souligné qu'il s'agissait de procédures longues et lourdes qui nécessitaient des avocats.

La cellule Stratégies de développement de la ville de Bruxelles compte deux employés à temps plein dont la mission est de trouver des solutions pour l'inoccupation/l'abandon d'immeubles. "Nous espérons en obtenir davantage. Nous sommes en train de négocier avec le gouvernement bruxellois pour obtenir deux équivalents temps plein supplémentaires", a conclu Mme Mutyebele.

Dans sa politique contre les logements inoccupés, la Ville de Bruxelles, via sa cellule "Stratégies de développement" (CSD), se donne comme mission de trouver des solutions à l'inoccupation des immeubles sur son territoire. La stratégie mise en place afin de lutter contre ce phénomène repose sur un recensement effectué sur le terrain tous les deux ans, depuis 2015. Sur la période 2020-2021, la CSD a dénombré 694 immeubles à l'abandon ou inoccupés, soit 42 de plus qu'au cours de la période 2018-2019, et 121 terrains dans cette situation (111 au cours des deux années précédentes).Quelque 551 cas de vacances ont été résolus (468 en 2018-2019). Bruno Bauwens (PTB) s'est demandé si la Ville fait suffisamment usage de la mesure coercitive d'expropriation. En 2019, il n'y a eu qu'un seul cas; en 2021, il y avait trois dossiers en cours. L'échevine Mutyebele a souligné qu'il s'agissait de procédures longues et lourdes qui nécessitaient des avocats. La cellule Stratégies de développement de la ville de Bruxelles compte deux employés à temps plein dont la mission est de trouver des solutions pour l'inoccupation/l'abandon d'immeubles. "Nous espérons en obtenir davantage. Nous sommes en train de négocier avec le gouvernement bruxellois pour obtenir deux équivalents temps plein supplémentaires", a conclu Mme Mutyebele.