Ce résultat en forte hausse par rapport aux 6,3 millions du premier semestre 2019 est dû aux marges sur les projets pré-vendus (notamment sur l'immeuble The One dans le quartier européen à Bruxelles), tant en résidentiel qu'en bureaux, et aux revenus locatifs d'immeubles en portefeuille, explique l'entreprise, qui compte 29 projets en développement.

Sa présence dans des pays aux profils très différents a permis de limiter l'impact de la crise sanitaire sur ses résultats, ajoute Atenor. Le coronavirus pourrait cependant avoir des conséquences sur la délivrance de nouveaux permis et la commercialisation de projets, reportant des transactions majeures aux années 2021 et 2022.

L'entreprise table sur un résultat annuel de 20 millions d'euros, comparable à 2019.

Ce résultat en forte hausse par rapport aux 6,3 millions du premier semestre 2019 est dû aux marges sur les projets pré-vendus (notamment sur l'immeuble The One dans le quartier européen à Bruxelles), tant en résidentiel qu'en bureaux, et aux revenus locatifs d'immeubles en portefeuille, explique l'entreprise, qui compte 29 projets en développement. Sa présence dans des pays aux profils très différents a permis de limiter l'impact de la crise sanitaire sur ses résultats, ajoute Atenor. Le coronavirus pourrait cependant avoir des conséquences sur la délivrance de nouveaux permis et la commercialisation de projets, reportant des transactions majeures aux années 2021 et 2022. L'entreprise table sur un résultat annuel de 20 millions d'euros, comparable à 2019.