Le projet retenu est celui qui a été proposé par l'association momentanée Schmidt Hammer Lassen, Modulo et VK engineering. Il a été présenté lundi matin par la direction de Solvay, emmenée par le président du Comité exécutif du groupe, Jean-Pierre Clamadieu, au ministre président-Bruxellois Rudi Vervoort, au bourgmestre de la Ville Philippe Close et à l'échevin de l'Urbanisme Geoffroy Coomans de Brachène.

Certains immeubles du campus de Solvay ont une soixantaine d'années. Le groupe souhaite regrouper les employés de son complexe bruxellois dédié aux innovations de haute technologie dans les domaines de la chimie et des matériaux avancés, dans le nouveau complexe de 8 niveaux (rez+7).

Il entend aussi y attirer une nouvelle génération de chercheurs et développer ultérieurement, plus au sud du site de 22 hectares, des collaborations notamment avec le monde de la recherche universitaire. Toutefois, de l'aveu de Jean-Pierre Clamadieu, "il reste beaucoup à faire" pour le concrétiser. La consommation énergétique du nouvel immeuble, plus compact que l'actuel regroupant l'état-major du groupe, sera proche de zéro. Sous réserve de l'obtention des permis requis, la construction proprement dite devrait démarrer dans le courant de l'année prochaine.

Lundi matin, le projet a été accueilli à bras ouverts par les autorités bruxelloises particulièrement heureuses de cette perspective de consolidation physique de l'ancrage belge du groupe, dont l'avenir se dessinera sur deux de ses trois sites (Bruxelles et Lyon). Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a souligné que ce projet rencontrait les objectifs de la stratégie 2025 du gouvernement régional visant à soutenir l'économie bruxelloise et l'innovation. Philippe Close y voit quant à lui une opportunité significative de maintenir, au 21ème siècle, une place pour l'industrie dans la ville.

Le projet retenu est celui qui a été proposé par l'association momentanée Schmidt Hammer Lassen, Modulo et VK engineering. Il a été présenté lundi matin par la direction de Solvay, emmenée par le président du Comité exécutif du groupe, Jean-Pierre Clamadieu, au ministre président-Bruxellois Rudi Vervoort, au bourgmestre de la Ville Philippe Close et à l'échevin de l'Urbanisme Geoffroy Coomans de Brachène.Certains immeubles du campus de Solvay ont une soixantaine d'années. Le groupe souhaite regrouper les employés de son complexe bruxellois dédié aux innovations de haute technologie dans les domaines de la chimie et des matériaux avancés, dans le nouveau complexe de 8 niveaux (rez+7). Il entend aussi y attirer une nouvelle génération de chercheurs et développer ultérieurement, plus au sud du site de 22 hectares, des collaborations notamment avec le monde de la recherche universitaire. Toutefois, de l'aveu de Jean-Pierre Clamadieu, "il reste beaucoup à faire" pour le concrétiser. La consommation énergétique du nouvel immeuble, plus compact que l'actuel regroupant l'état-major du groupe, sera proche de zéro. Sous réserve de l'obtention des permis requis, la construction proprement dite devrait démarrer dans le courant de l'année prochaine. Lundi matin, le projet a été accueilli à bras ouverts par les autorités bruxelloises particulièrement heureuses de cette perspective de consolidation physique de l'ancrage belge du groupe, dont l'avenir se dessinera sur deux de ses trois sites (Bruxelles et Lyon). Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a souligné que ce projet rencontrait les objectifs de la stratégie 2025 du gouvernement régional visant à soutenir l'économie bruxelloise et l'innovation. Philippe Close y voit quant à lui une opportunité significative de maintenir, au 21ème siècle, une place pour l'industrie dans la ville.