"Auparavant, le propriétaire recevait du locataire une garantie locative équivalente à trois mois de loyer, ce qui compensait les éventuels défauts de paiements du loyer ou les dommages causés à l'habitation", explique M. Niemans. "Depuis quelques années, le propriétaire ne peut plus que demander deux mois de loyer, ce qui réduit la marge de compensation. Les propriétaires font donc plus rapidement appel à la justice si les choses se passent mal avec un locataire", poursuit-il.

"Il y a trois ans, le SNP comptait en l'espace de six mois 300 dossiers devant le tribunal. Aujourd'hui, pour cette même période, on en compte 900", souligne encore le président du syndicat.

Trends.be avec Belga

"Auparavant, le propriétaire recevait du locataire une garantie locative équivalente à trois mois de loyer, ce qui compensait les éventuels défauts de paiements du loyer ou les dommages causés à l'habitation", explique M. Niemans. "Depuis quelques années, le propriétaire ne peut plus que demander deux mois de loyer, ce qui réduit la marge de compensation. Les propriétaires font donc plus rapidement appel à la justice si les choses se passent mal avec un locataire", poursuit-il. "Il y a trois ans, le SNP comptait en l'espace de six mois 300 dossiers devant le tribunal. Aujourd'hui, pour cette même période, on en compte 900", souligne encore le président du syndicat. Trends.be avec Belga