Non seulement le marché immobilier résidentiel belge se rétablit mais les prix des maisons devraient augmenter de 4 % en 2010, tandis que le nombre de transactions devrait connaître une croissance de 6,5 %, selon les chiffres livrés par ING et publiés par Le Soir mercredi.

Les temps sont propices aux plus-values immobilières : inflation faible, reprise économique et taux d'intérêt bas. Mais l'optimisme d'ING ne porte pas sur le long terme, en raison de la faible accessibilité de l'immobilier belge due à la croissance plus rapide des prix de l'immobilier par rapport aux salaires.

Trends.be, avec Belga

Non seulement le marché immobilier résidentiel belge se rétablit mais les prix des maisons devraient augmenter de 4 % en 2010, tandis que le nombre de transactions devrait connaître une croissance de 6,5 %, selon les chiffres livrés par ING et publiés par Le Soir mercredi.Les temps sont propices aux plus-values immobilières : inflation faible, reprise économique et taux d'intérêt bas. Mais l'optimisme d'ING ne porte pas sur le long terme, en raison de la faible accessibilité de l'immobilier belge due à la croissance plus rapide des prix de l'immobilier par rapport aux salaires.Trends.be, avec Belga