On estime d'ailleurs qu'un tiers du marché est concentré entre les mains des investisseurs.

Sans parler du fait que lors de certaines promotions neuves, il n'est pas rare de voir 60 à 70 % des appartements acquis par ce type d'acheteurs.

"Ce qui me fait dire que ce n'est pas une tendance mais une lame de fond qui se dessine actuellement, précise Eric Verlinden, de Trevi. Il ne m'étonnerait pas que le taux de propriété qui est de 72 % en Belgique descende à 60 % d'ici trois à cinq ans. Surtout dans les milieux urbains. De nombreux éléments s'entremêlent comme le fait que l'on repense la manière d'habiter ou que la jeune génération soit moins attachée à la notion de propriété. Le paysage immobilier va donc nettement évoluer à l'avenir."