"Une frange importante de la population est frappée doublement par cette terrible pandémie" car "trop de bailleurs restent sourds à leur demande".

Dans ce cadre, l'organisation préconise la mise en place d'une série de mesures: un gel de l'indexation des loyers, une diminution de 25% du loyer des personnes impactées par le coronavirus, la possibilité de négocier un loyer moins cher quand le logement loué n'est pas conforme aux règles de salubrité, l'exonération du payement du loyer pour les étudiants qui ne peuvent pas occuper leurs kots, la mise à disposition pour les sans-abri des infrastructures hôtelières vides et des mesures spécifiques pour les locataires de logements sociaux.

Par ailleurs, le syndicat des locataires réclame, pour ceux qui sont dans l'impossibilité de déménager vers leur nouvelle location, le droit de rester dans le logement qu'elles occupent sans être tenues de verser au nouveau bailleur le loyer lié au nouveau contrat.

Enfin, "nous demandons aux locataires de soutenir les différentes démarches que nous effectuons auprès des responsables politiques en envoyant directement à ceux-ci leurs doléances", ponctue l'organisation.

"Une frange importante de la population est frappée doublement par cette terrible pandémie" car "trop de bailleurs restent sourds à leur demande". Dans ce cadre, l'organisation préconise la mise en place d'une série de mesures: un gel de l'indexation des loyers, une diminution de 25% du loyer des personnes impactées par le coronavirus, la possibilité de négocier un loyer moins cher quand le logement loué n'est pas conforme aux règles de salubrité, l'exonération du payement du loyer pour les étudiants qui ne peuvent pas occuper leurs kots, la mise à disposition pour les sans-abri des infrastructures hôtelières vides et des mesures spécifiques pour les locataires de logements sociaux. Par ailleurs, le syndicat des locataires réclame, pour ceux qui sont dans l'impossibilité de déménager vers leur nouvelle location, le droit de rester dans le logement qu'elles occupent sans être tenues de verser au nouveau bailleur le loyer lié au nouveau contrat. Enfin, "nous demandons aux locataires de soutenir les différentes démarches que nous effectuons auprès des responsables politiques en envoyant directement à ceux-ci leurs doléances", ponctue l'organisation.