La Confédération Construction table sur une croissance de l'ordre de 2,7% dans le secteur en 2020, après avoir enregistré une hausse de 1,5% en 2019. Quelque 3.500 travailleurs - 1.200 salariés et 2.300 indépendants - ont rejoint la construction lors des trois premiers trimestres de l'année écoulée. Le total devrait atteindre environ 4.500 unités sur l'ensemble de 2019, prévoit la Confédération.

Le secteur compte désormais 203.400 salariés pour 73.800 indépendants et 35.000 travailleurs détachés. La part de ces derniers n'est plus que de 11% du total. Elle s'est réduite d'environ 15.000 unités depuis 2017, une évolution attribuée à la baisse des charges sociales liée au tax shift et saluée par la fédération. Quelque 13.800 postes sont vacants dans la construction, et toutes les fonctions sont concernées, assure-t-on.

La Confédération plaide donc à nouveau pour davantage d'orientation, au niveau de l'enseignement, vers les filières en pénurie. Elle reconnaît également avoir un rôle à jouer pour encourager l'investissement des entreprises dans l'alternance, et qu'il lui faut améliorer sa communication à destination de la jeunesse. Sur base des chiffres disponibles pour 2019, il apparaît que les permis de construire sont en hausse en Wallonie (+5%) et à Bruxelles (+9%). La Flandre (-8%) a elle souffert de l'entrée en vigueur de règles plus restrictives en la matière.

Les entrepreneurs sont confiants pour 2020, grâce à des carnets de commandes bien remplis. Une augmentation du volume des travaux résidentiels devrait se poursuivre pour atteindre 3,5%, soutenue principalement par la rénovation ainsi qu'un nouvel effet "PEB" en Flandre, où les exigences énergétiques ont encore été renforcées. Côté wallon, le "plan hôpitaux" 2019-2024 continuera à porter la rénovation dans le segment non-résidentiel, précise la Confédération. Enfin, côté événementiel, Batibouw ouvrira ses portes au public le 29 février.

La grand-messe de la construction, dont la fréquentation ne cesse de chuter depuis quelques années, va devoir se réinventer, estime le CEO de la Confédération, Robert de Mûelenaere. "Les particuliers sont de moins en moins à la manoeuvre, ceux qui se déplacent le font pour certains segments précis. La demande pour les appartements est en hausse, le digital prend plus de place, les journées professionnelles ont disparu... Le salon doit évoluer." Notamment en se tournant davantage vers les tendances actuelles comme le renouvelable, suggère M. de Mûelenaere.

La Confédération Construction table sur une croissance de l'ordre de 2,7% dans le secteur en 2020, après avoir enregistré une hausse de 1,5% en 2019. Quelque 3.500 travailleurs - 1.200 salariés et 2.300 indépendants - ont rejoint la construction lors des trois premiers trimestres de l'année écoulée. Le total devrait atteindre environ 4.500 unités sur l'ensemble de 2019, prévoit la Confédération. Le secteur compte désormais 203.400 salariés pour 73.800 indépendants et 35.000 travailleurs détachés. La part de ces derniers n'est plus que de 11% du total. Elle s'est réduite d'environ 15.000 unités depuis 2017, une évolution attribuée à la baisse des charges sociales liée au tax shift et saluée par la fédération. Quelque 13.800 postes sont vacants dans la construction, et toutes les fonctions sont concernées, assure-t-on. La Confédération plaide donc à nouveau pour davantage d'orientation, au niveau de l'enseignement, vers les filières en pénurie. Elle reconnaît également avoir un rôle à jouer pour encourager l'investissement des entreprises dans l'alternance, et qu'il lui faut améliorer sa communication à destination de la jeunesse. Sur base des chiffres disponibles pour 2019, il apparaît que les permis de construire sont en hausse en Wallonie (+5%) et à Bruxelles (+9%). La Flandre (-8%) a elle souffert de l'entrée en vigueur de règles plus restrictives en la matière. Les entrepreneurs sont confiants pour 2020, grâce à des carnets de commandes bien remplis. Une augmentation du volume des travaux résidentiels devrait se poursuivre pour atteindre 3,5%, soutenue principalement par la rénovation ainsi qu'un nouvel effet "PEB" en Flandre, où les exigences énergétiques ont encore été renforcées. Côté wallon, le "plan hôpitaux" 2019-2024 continuera à porter la rénovation dans le segment non-résidentiel, précise la Confédération. Enfin, côté événementiel, Batibouw ouvrira ses portes au public le 29 février. La grand-messe de la construction, dont la fréquentation ne cesse de chuter depuis quelques années, va devoir se réinventer, estime le CEO de la Confédération, Robert de Mûelenaere. "Les particuliers sont de moins en moins à la manoeuvre, ceux qui se déplacent le font pour certains segments précis. La demande pour les appartements est en hausse, le digital prend plus de place, les journées professionnelles ont disparu... Le salon doit évoluer." Notamment en se tournant davantage vers les tendances actuelles comme le renouvelable, suggère M. de Mûelenaere.