La confédération rappelle que deux entreprises sur trois avaient cessé leurs activités au plus fort de la crise, même si son impact immédiat avait été sensiblement réduit grâce aux mesures adoptées par le gouvernement wallon en mars et avril.

"Mais l'espoir est vite retombé, la situation ne se redresse pas comme on l'attendait", remarque la CCW. "Non seulement les mesures sanitaires impactent la productivité des chantiers, mais en outre les carnets de commande sont moins fournis, la confiance des consommateurs s'est érodée, les adjudications publiques tardent à redémarrer." Selon la confédération, 23% des entrepreneurs de construction seront contraints de licencier des travailleurs avant la fin de l'année, tandis que 9% craignent une faillite.

Outre le plan de relance proposé par la Confédération Construction nationale, l'organisation wallonne plaide donc également pour une série de mesures régionales. Elle propose notamment une relance par la rénovation énergétique des logements, en s'appuyant sur la promotion des primes et prêts à taux zéro ainsi que sur le renforcement d'incitants fiscaux ciblés, l'accélération de l'octroi des permis d'urbanisme en ciblant davantage le chèque-habitat sur le logement neuf ou encore le lancement des projets de travaux publics issus du plan Infrastructures.

Le secteur génère au total 13% de la valeur ajoutée et 17% de l'emploi privé total, "un puissant facteur de relance", souligne la CCW.

La confédération rappelle que deux entreprises sur trois avaient cessé leurs activités au plus fort de la crise, même si son impact immédiat avait été sensiblement réduit grâce aux mesures adoptées par le gouvernement wallon en mars et avril. "Mais l'espoir est vite retombé, la situation ne se redresse pas comme on l'attendait", remarque la CCW. "Non seulement les mesures sanitaires impactent la productivité des chantiers, mais en outre les carnets de commande sont moins fournis, la confiance des consommateurs s'est érodée, les adjudications publiques tardent à redémarrer." Selon la confédération, 23% des entrepreneurs de construction seront contraints de licencier des travailleurs avant la fin de l'année, tandis que 9% craignent une faillite. Outre le plan de relance proposé par la Confédération Construction nationale, l'organisation wallonne plaide donc également pour une série de mesures régionales. Elle propose notamment une relance par la rénovation énergétique des logements, en s'appuyant sur la promotion des primes et prêts à taux zéro ainsi que sur le renforcement d'incitants fiscaux ciblés, l'accélération de l'octroi des permis d'urbanisme en ciblant davantage le chèque-habitat sur le logement neuf ou encore le lancement des projets de travaux publics issus du plan Infrastructures. Le secteur génère au total 13% de la valeur ajoutée et 17% de l'emploi privé total, "un puissant facteur de relance", souligne la CCW.