Si l'on fait la balance des logements autorisés et des logements supprimés, on arrive à un solde net de 3.200 logements neufs rénovés ou réaffectés en 2012, contre 4.400 environ en 2007, année la plus faste de la décennie passée pour la construction bruxelloise. Le recul est donc d'environ 27%. Un constant étonnant quand on sait que la capitale attend 150 à 200.000 nouveaux habitants d'ici 2020 au plus tard, indique l'Echo.

Depuis 2007, la baisse a été constante, à l'exception d'une année 2010 atypique, grâce aux permis accordés cette année-là pour les sites de Tour & Taxis et d'Up-Site.

En regardant les chiffres de plus près, on constate deux choses : la part des appartements est écrasante, le marché des unifamiliales neuves étant réduits à sa plus simple expression, et la part des appartements d'une à trois chambres domine largement (90% des permis), le solde allant aux studios et aux grands appartements.

Si l'on fait la balance des logements autorisés et des logements supprimés, on arrive à un solde net de 3.200 logements neufs rénovés ou réaffectés en 2012, contre 4.400 environ en 2007, année la plus faste de la décennie passée pour la construction bruxelloise. Le recul est donc d'environ 27%. Un constant étonnant quand on sait que la capitale attend 150 à 200.000 nouveaux habitants d'ici 2020 au plus tard, indique l'Echo. Depuis 2007, la baisse a été constante, à l'exception d'une année 2010 atypique, grâce aux permis accordés cette année-là pour les sites de Tour & Taxis et d'Up-Site. En regardant les chiffres de plus près, on constate deux choses : la part des appartements est écrasante, le marché des unifamiliales neuves étant réduits à sa plus simple expression, et la part des appartements d'une à trois chambres domine largement (90% des permis), le solde allant aux studios et aux grands appartements.