Confrontés au fait du prince, les propriétaires de secondes résidences se sont inclinés en bougonnant. En effet, à quoi bon engager, en recours, des frais supérieurs au montant que l'on pourra éventu...

Confrontés au fait du prince, les propriétaires de secondes résidences se sont inclinés en bougonnant. En effet, à quoi bon engager, en recours, des frais supérieurs au montant que l'on pourra éventuellement économiser ? Mais la frustration n'avait pas disparu pour autant et l'interdiction d'occuper leur seconde résidence, prise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, a fait exploser la marmite des propriétaires. Une cinquantaine d'entre eux ont entamé une action judiciaire contre la commune dans laquelle se trouve leur bien. " C'est le monde à l'envers. Ceux qui ne sont pas les bienvenus sont les seuls à alimenter les caisses communales ", argumente leur avocat Bart Engelen. Les propriétaires mécontents contesteront dès lors leur avis d'imposition. Et si la commune passe outre, le moulin judiciaire se mettra en route. Compte tenu des jugements déjà intervenus, Bart Engelen estime pouvoir l'emporter. Côté communal, on se borne à considérer que " ce n'est pas le moment ".