Pour l'heure, chacun prépare ses armes, affûte son plan de communication, séduit ses exposants et tente de lancer son opération survie. Le premier à sortir du bois est We Are Real Estate, dont le salon immobilier se déroulera dans le palais 7 de Brussels Expo le 22 et 23 mai. Il reprend la place laissée vacante par les organisateurs de Realty qui ont souhaité repositionner leur salon en se dirigeant vers la côte belge, à Knokke, et en le déplaçant au mois de septembre.

Deux salons pour le prix d'un donc. Une concurrence inédite dans le paysage immobilier belge. Avec une première grande question : We Are Real Estate réussira-t-il là où Realty, en nette perte de vitesse ces dernières années, semblait échouer ? Son organisateur, le groupe The Fair Experts (ex-Matexpo), en est en tout cas intimement convaincu. Il faut dire qu'à la barre, on retrouve Gregory Olszewski, fondateur de Realty, qui aura piloté ce salon pendant les six premières éditions. L'homme connaît donc la musique. Et dispose de l'un des plus épais carnet d'adresses du secteur. " Si je n'étais pas convaincu de la réussite de notre salon, je ne me serais jamais lancé dans l'aventure, explique-t-il. Il y a une demande des exposants et des professionnels pour avoir un salon immobilier à Bruxelles. "

We Are Real Estate s'est positionné en salon de masse, ouvert à tout le monde, là où Realty triera davantage les visiteurs sur le volet, favorisant les acteurs haut de gamme. Les prix sont à l'avenant : 180 euros HTVA pour un jour et 270 pour deux jours pour le premier, 800 euros HTVA pour deux jours à Realty (avec un maximum de 2.000 tickets). " Notre positionnement est le bon, tente de se convaincre Gregory Olszewski. C'est une demande du marché de rester abordable, tout en maintenant les standards de qualité. " Un novice aurait eu toutefois quelques sueurs froides en jetant un oeil sur le niveau des préventes. Il stagnait encore à 300 unités début mai. Il atteint aujourd'hui les 750 entrées. " Je n'ai jamais eu peur. Nous atteindrons les 2.500 billets sans problème. Il faut laisser le temps aux gens de noter le salon dans leur agenda d'autant qu'il y a beaucoup d'événements dans le monde immobilier... "

Une cinquantaine d'exposants

Rayon exposants, We Are Real Estate plaçait la barre à 60 unités. Une cinquantaine ont pour l'heure répondu présent, séduits par le concept de formule all-in où tous les exposants sont logés à la même enseigne. On y retrouve des acteurs connus tels qu'Art & Build, DDS+, Thomas & Piron, Verstraete Development, Ion, AG Real Estate, JLL, Willy Naessens et deux institutionnels (Région de Bruxelles-Capitale et Ville de Courtrai). " On grimpera à 60 ou 70 exposants l'année prochaine, assure Gregory Olszewski. L'objectif n'est de toute façon pas de faire un one shot mais de s'inscrire dans la durée. "

Au niveau du contenu, le salon est divisé en trois parties : apprendre, investir et réseauter. Chaque exposant aura l'occasion de faire une présentation de 15 minutes. " De 10 à 16 heures, les conférences seront au centre des attentions, avant de passer à la partie networking ", poursuit Gregory Olszewski. L'alcool sera interdit jusqu'à 16 heures, histoire de ne pas perdre l'un ou l'autre visiteur en chemin, comme c'est parfois le cas dans ce type de salon. Rayon conférences, on abordera la question du Brexit, du retail de périphérie, des partenariats public-privé, de l'impact du big data sur l'immobilier, d'intelligence collective ou d'utopie avec l'architecte Vincent Callebaut. " Notre approche se veut innovante, basée sur les vrais besoins du marché. Cela ne sert à rien de parler ou de présenter des concepts qui ne s'appliquent pas à la Belgique. "