Le prix médian des appartements à Ostende a baissé de 0,3% en 2018 pour se fixer à 185.375 euros. Une petite correction technique, sans plus: pas question de tassement sur le marché foncier ostendais. Sur une période de cinq ans, la reine des cités balnéaires enregistre une hausse des prix de 9%, le plus beau score de la côte. Mieux encore : sur la digue d'Ostende, les prix ont bonifié de 11,2% à 289.000 euros sur base annuelle.
...

Le prix médian des appartements à Ostende a baissé de 0,3% en 2018 pour se fixer à 185.375 euros. Une petite correction technique, sans plus: pas question de tassement sur le marché foncier ostendais. Sur une période de cinq ans, la reine des cités balnéaires enregistre une hausse des prix de 9%, le plus beau score de la côte. Mieux encore : sur la digue d'Ostende, les prix ont bonifié de 11,2% à 289.000 euros sur base annuelle. Avec une part de marché de 20,4%, Ostende fait aussi figure de marché immobilier le plus important de la côte. Selon le dernier Baromètre côtier des notaires, l'activité foncière s'est encore intensifiée de 4,1% dans la ville balnéaire. L'agent immobilier Filip Dermul, gérant de l'agence éponyme, n'est pas surpris. " La clientèle du marché immobilier ostendais s'élargit, fait-il remarquer. Les villes attirent de plus en plus. " Filip Dermul constate que le nombre d'acheteurs qui troquent leur habitation dans l'arrière-pays contre une résidence permanente à Ostende est en constante augmentation. Le slogan " La ville au bord de la mer " est aussi un argument de vente sur le marché immobilier. " Quand je demande aux acheteurs pourquoi ils ont choisi Ostende, la réponse est presque toujours la même : parce qu'Ostende est la seule ville à la mer du Nord. " L'augmentation du nombre de résidents permanents se vérifie également dans la nouvelle offre. " Les promoteurs immobiliers rognaient sur le nombre de mètres carrés jusqu'il y a peu, indique Filip Dermul. La superficie d'un appartement classique de deux chambres s'est réduite de 90 à 80 m2. On observe aujourd'hui la tendance inverse : 100 m2 devient peu à peu la norme. Les appartements sont en outre dotés de terrasses très spacieuses. " A en croire l'agent immobilier, la vente des nouveaux appartements bat son plein à Ostende. Le timing est parfait car à la demande croissante répond une offre pléthorique. Les projets de Burco Coast (Jean De Cloedt) et Groep Versluys sur l'Oosteroever atteignent peu à peu leur vitesse de croisière. Le groupe immobilier Degroote lance en septembre prochain la construction des SKY Towers, un prestigieux projet près de la gare. Ce complexe de 485 appartements prévoit également 3.000 m2 de bureaux, 2.000 m2 d'espaces commerciaux, un hôtel de 120 chambres, un bistrot et un centre de bien-être. Du côté de l'hippodrome et du golf, Degroote développe un autre projet : The Waves. Encore un peu plus près du centre de Mariakerke, Immobel entame la deuxième phase d'O'Sea, un vaste complexe d'appartements et de serviceflats. " La construction tourne à plein régime à Ostende, reconnaît David Degroote, administrateur de Vastgoedgroep Degroote. Mais pas de façon excessive, comme le laissent sous-entendre d'aucuns. Le marché absorbe la nouvelle offre sans aucun problème. " Les différents projets se complètent parfaitement, ajoute Filip Dermul. " Celui qui souhaite acquérir un nouvel appartement à Ostende n'a que l'embarras du choix. C'est à la fois un luxe et un atout. Je le constate sur l'Oosteroever où nous commercialisons le projet de Burco. Versluys et Burco proposent des produits radicalement différents, tant en style qu'en caractère. Ils sont plus complémentaires que concurrents. Les acheteurs ont une nette préférence soit pour l'un, soit pour l'autre. " Filip Dermul et David Degroote sont unanimes : Ostende attire de plus en plus un public de nantis. " Les SKY Towers abriteront trois penthouses duplex dont les prix varient de 1 à 2 millions d'euros, explique David Degroote. Au départ, nous étions assez sceptiques car des prix aussi exorbitants sont tout sauf courants à Ostende. Aujourd'hui, on regrette de ne pas avoir prévu plus de penthouses. Ils sont partis en premier. "