"Nous avons pu constater une légère augmentation des prix dans la plupart de nos communes, a précisé la Chambre des notaires du Hainaut mercredi. Nous pouvons affirmer que le prix moyen des maisons d'habitation en 2010 est en légère augmentation par rapport à 2009, de l'ordre de 2 % à 4 % selon le type de biens."

Du côté des villas, la "4 façades standard" avoisine actuellement les 200.000 euros en moyenne dans plusieurs communes de l'arrondissement. "Ces types de bien restent prisés par une clientèle aux revenus légèrement supérieurs à la moyenne. Seule la vente des biens d'exception ou manifestement surévalués rencontrent encore des difficultés."

Les maisons jointives ont continué à se négocier correctement et affichent des valeurs parfois très différentes selon les communes, la moyenne de 100.000 euros n'étant pas atteinte partout. Il s'agit du secteur pour lequel vente(s) et revente(s) se multiplient.

Les appartements ont connu une légère augmentation.

Les terrains à bâtir ont connu une relative stagnation de prix, les contraintes urbanistiques et administratives décourageant de plus en plus les bâtisseurs. Le manque de terrains disponibles continuera cependant de maintenir les prix à un niveau relativement élevé.

Trends.be, avec Belga

"Nous avons pu constater une légère augmentation des prix dans la plupart de nos communes, a précisé la Chambre des notaires du Hainaut mercredi. Nous pouvons affirmer que le prix moyen des maisons d'habitation en 2010 est en légère augmentation par rapport à 2009, de l'ordre de 2 % à 4 % selon le type de biens."Du côté des villas, la "4 façades standard" avoisine actuellement les 200.000 euros en moyenne dans plusieurs communes de l'arrondissement. "Ces types de bien restent prisés par une clientèle aux revenus légèrement supérieurs à la moyenne. Seule la vente des biens d'exception ou manifestement surévalués rencontrent encore des difficultés."Les maisons jointives ont continué à se négocier correctement et affichent des valeurs parfois très différentes selon les communes, la moyenne de 100.000 euros n'étant pas atteinte partout. Il s'agit du secteur pour lequel vente(s) et revente(s) se multiplient.Les appartements ont connu une légère augmentation.Les terrains à bâtir ont connu une relative stagnation de prix, les contraintes urbanistiques et administratives décourageant de plus en plus les bâtisseurs. Le manque de terrains disponibles continuera cependant de maintenir les prix à un niveau relativement élevé.Trends.be, avec Belga