A u cours des quatre premiers mois de cette année, le prix médian des appartements ostendais a grimpé de 3,2% pour s'établir à 222.500 euros, selon le Baromètre des notaires. L'évolution haussière de ces dernières années se confirme. La reine des plages est la seule de tout le littoral à enregistrer une telle hausse du prix des appartements : + 28% de 2014 à 2019. Rien que l'an dernier, la progression s'est soldée par un + 16%. Sur la digue, les prix ont bonifié de 7% (305.000 euros) entre 2014 et 2019.
...

A u cours des quatre premiers mois de cette année, le prix médian des appartements ostendais a grimpé de 3,2% pour s'établir à 222.500 euros, selon le Baromètre des notaires. L'évolution haussière de ces dernières années se confirme. La reine des plages est la seule de tout le littoral à enregistrer une telle hausse du prix des appartements : + 28% de 2014 à 2019. Rien que l'an dernier, la progression s'est soldée par un + 16%. Sur la digue, les prix ont bonifié de 7% (305.000 euros) entre 2014 et 2019. " Ostende a le gros avantage d'être une grande ville de 60.000 habitants, explique Filip Dewaele (Dewaele Vastgoed), spécialiste des appartements existants. L'offre est donc multiple. Il y en a pour tous les goûts sur ce marché, des modestes appartements au bâti neuf de luxe. " Au début du déconfinement, Filip Dewaele a observé une véritable " ruée " sur le marché des habitations. " Je pensais assister à un redressement qui s'essoufflerait au bout de quelques semaines mais il perdure ", constate-t-il. " Les transactions augmentent de 20% depuis début mai, observe Bart van Opstal, notaire à Ostende. Les clients ont fait leur devoir et se sont bien renseignés auprès de leur banque pour savoir dans quoi ils peuvent s'engager. Le prix demandé est souvent le prix de vente. Il n'y a pas de surenchère étant donné l'offre abondante à Ostende. " C'est un marché à deux vitesses, pointe encore Bart van Opstal. " Les vieux appartements n'ont plus la cote, surtout s'il y a des frais à faire et s'ils ne sont pas bien situés. Un appartement de 300.000 euros implique facilement 40.000 euros de frais de rénovation. Quand on possède un petit appartement de 100.000 euros, plutôt que de faire de tels frais, on préfère vendre à un promoteur qui démolira et construira du neuf. " A Ostende, le bâti neuf se négocie au prix médian de 3.350 euros/m2, selon le bureau d'études de Crombrugghe & Partners. Avec une hausse de 15,3%, Ostende enregistre la plus forte progression de toutes les communes côtières sur trois ans. Bart van Opstal distingue deux types d'acheteurs. D'une part, les plus de 55 ans, déjà propriétaires d'une habitation à l'intérieur du pays, en quête d'une seconde résidence. D'autre part, les futurs retraités à quelques années de la pension qui souhaitent emménager à court terme dans un appartement de 80 m2 minimum, avec air conditionné, une terrasse et une jolie vue, idéalement situé dans le centre ou accessible en transports publics. " Ostende offre une pléthore de ce genre de biens parce que les promoteurs ont anticipé la demande ", confie le notaire. Le succès du bâti neuf déteint sur le marché secondaire, à en croire Filip Dermul, gérant de l'Agence Dermul. " Les appartements de moins de 10 ans sont très recherchés, dit-il. Le bâti neuf et le marché secondaire fonctionnent comme des vases communicants. Certains clients plutôt portés sur les nouveaux appartements acceptent, s'ils trouvent le prix trop élevé, de payer 300.000 euros pour un appartement existant de qualité, soit bien plus que pour les biens plus anciens dans le centre qui partent pour 150.000 euros. " Le prix des maisons ostendaises a grimpé de 11,4% à 220.000 euros entre 2014 et 2019. " Ce produit intéresse surtout les locaux, explique Filip Dermul. Les familles se battent littéralement pour une habitation avec un grand séjour, trois chambres et un jardin. Comparé à Bruges, Anvers et Gand, les prix sont très attractifs à Ostende. Il est encore possible de trouver ici un logement à prix raisonnable. "