"L'année 2019 a été un excellent cru et 2020 s'annonçait très prometteur. Janvier et février étaient même meilleurs que l'année précédente. Dans la station balnéaire de Knokke, la vie bat son plein toute l'année. La vente d'immobilier ne connaît pas de relâche, pas même en hiver. " Stéphanie Cambier de Immo Cambier De Nil se dit satisfaite des ventes effectuées les premiers mois de cette année. Le confinement décrété à la mi-mars a été durement ressenti, admet-elle en ajoutant d'emblée que le marché immobilier knokkois a toujours fait preuve d'une incroyable résilience. " Tout a été à l'arrêt pendant deux ou trois semaines. Normal, les candidats acheteurs attendaient de voir venir. Mais au bout de quatre semai...

"L'année 2019 a été un excellent cru et 2020 s'annonçait très prometteur. Janvier et février étaient même meilleurs que l'année précédente. Dans la station balnéaire de Knokke, la vie bat son plein toute l'année. La vente d'immobilier ne connaît pas de relâche, pas même en hiver. " Stéphanie Cambier de Immo Cambier De Nil se dit satisfaite des ventes effectuées les premiers mois de cette année. Le confinement décrété à la mi-mars a été durement ressenti, admet-elle en ajoutant d'emblée que le marché immobilier knokkois a toujours fait preuve d'une incroyable résilience. " Tout a été à l'arrêt pendant deux ou trois semaines. Normal, les candidats acheteurs attendaient de voir venir. Mais au bout de quatre semaines, les choses ont commencé à bouger. 'La vie continue', nous disaient les clients qui voulaient concrétiser leur projet d'achat. " Selon Stéphanie Cambier, depuis la réouverture des magasins le 11 mai, l'ambiance de crise n'est plus qu'un vague souvenir sur le marché local. " A la mi-mai, notre agence recensait déjà 17 transactions. A titre de comparaison, nous avions vendu 20 biens immobiliers en mai 2019. Un rattrapage, en quelque sorte, mais cela montre bien que l'activité reprend à toute allure. " Même son de cloche chez Alex Dewulf, gérant de l'agence immobilière éponyme. " Notre agence ne désemplit pas depuis la réouverture des commerces, dit-il. Le tout est de savoir si le redémarrage sera durable. Il faut attendre la fin de l'été pour dresser un bilan valable. " Les statistiques de prix des notaires confirment l'analyse de Stéphanie Cambier : le marché immobilier local a cartonné en 2019. A Heist, les notaires ont enregistré une hausse des transactions de pas moins de 22,7% par rapport à 2018. A Knokke (le Zoute compris), le nombre de transactions a progressé de 3,5%. L'an dernier, le prix médian a forci de 8,3% à Knokke tandis qu'à Heist, la hausse des prix s'est cantonnée à 2,5%. Plus surprenant : l'évolution des prix diamétralement opposée en front de mer. Tandis que le prix médian des appartements sur la digue de Knokke a grossi de 20,3%, le prix des appartements sur la digue de Heist a reculé de 26%. La différence de prix entre les deux sous-marchés n'en est que plus marquée : 887.500 euros à Knokke contre 417.500 euros à Heist. Alex Dewulf note une demande accrue d'appartements rénovés depuis la crise sanitaire. " Les investisseurs achètent des vieux appartements et les rénovent complètement avant de les remettre en vente.Ce type de bien est très recherché par les acheteurs qui veulent disposer de leur appartement encore avant l'été. Nombreux sont ceux qui souhaitent avoir leur chez-soi à la mer plutôt que de louer. A Knokke, la plupart des acheteurs sont des quinquagénaires ou plus, soucieux de leur santé, qui craignent les risques liés au coronavirus. " La nouvelle offre excentrée influe-t-elle sur l'évolution des prix des appartements neufs à Knokke-Heist ? Les statistiques de prix du bureau d'études de Crombrugghe & Partners font apparaître un recul des prix à Knokke- Heist : le prix demandé pour les nouveaux appartements a diminué sur base annuelle de 8,6% à 5.850 euros le mètre carré. Cette dépréciation contraste avec l'évolution de prix des appartements (existants et neufs) enregistrée par les notaires au cours des quatre premiers mois de cette année. A Knokke, le prix médian des appartements a bonifié de 425.000 euros en 2019 à 490.000 euros fin avril de cette année, soit une progression de quelque 15,3%. A Heist, les notaires ont constaté une retombée des prix de 4,9% : de 305.000 euros à 290.000 euros.