Bruxelles cherche à liquider ses fins de stock. C'était l'un de nos principaux constats lors de l'analyse du marché immobilier neuf du premier semestre, publié en septembre dernier. De nombreuses promotions immobilières ne comprenaient alors plus que quelques unités, gonflant les statistiques du nombre de projets en cours de développement. Un trimestre plus tard, les promoteurs ont réussi à donner un premier coup de balai et à liquider une partie de cette encombrante commercialisation. On le voit surtout dans l'ouest de Bruxelles où, en trois mois, le nombre de projets en cours est passé de 32 à 23, soit une diminution de près d'un tiers, selon les dernières données trimestrielles livrées par le bureau d'expertise de Crombrugghe & Partners.
...

Bruxelles cherche à liquider ses fins de stock. C'était l'un de nos principaux constats lors de l'analyse du marché immobilier neuf du premier semestre, publié en septembre dernier. De nombreuses promotions immobilières ne comprenaient alors plus que quelques unités, gonflant les statistiques du nombre de projets en cours de développement. Un trimestre plus tard, les promoteurs ont réussi à donner un premier coup de balai et à liquider une partie de cette encombrante commercialisation. On le voit surtout dans l'ouest de Bruxelles où, en trois mois, le nombre de projets en cours est passé de 32 à 23, soit une diminution de près d'un tiers, selon les dernières données trimestrielles livrées par le bureau d'expertise de Crombrugghe & Partners. Le nombre d'unités en cours de commercialisation n'a toutefois guère été modifié à Molenbeek, Anderlecht et Forest. La preuve qu'il ne reste plus que des projets d'envergure, tels que le Domaine des Etangs (Magistra Group), le Nautilus (Eaglestone), Brussels Station (Willemen Group), le Sylvain Dupuis, tous à Anderlecht ou encore le Jardin de l'Union (BPA) à Forest et M-Square à Molenbeek. Notons que c'est toujours dans cette partie de Bruxelles que l'on peut trouver un logement neuf à bas prix, le prix moyen étant de 2.550 euros/m2. " Il y a une très forte dualité dans le marché anderlechtois, avec d'un côté le quartier industriel du canal et de l'autre à la périphérie verte, estime Michaël Zapatero, consultant auprès du bureau de Crombrugghe & Partners. Il est à relever que le marché qui est situé à proximité du canal reste à la traîne malgré les nombreux projets qui devraient le redynamiser dans les prochaines années. " Pour le reste, on notera, sans surprise, que le marché est particulièrement stable. Les prix ont légèrement baissé en un an (- 0,75%), même si les différences entre des communes peu homogènes empêchent une analyse globale. Il est notamment plus opportun de regarder l'évolution sur les cinq dernières années (+ 0,25%). On assiste alors à une stabilité générale, à l'exception de quatre communes qui ont connu une belle hausse des prix : Etterbeek (+ 5,25%), Ixelles (+ 4%), Evere (+ 4%) et Molenbeek-Saint-Jean (+ 4,25%). Le prix moyen demandé est de 3.125 euros/m2. Si on analyse le marché d'un peu plus près, on assiste par exemple à une meilleure répartition du stock à Bruxelles-Ville. S'il n'y a aucun dossier emblématique, on relèvera toujours les projets Ilot Sacré (Galika), Chambon (Allfin) ou encore Manneken (Galika), en cours de finalisation. Pour le district Bruxelles-centre, habituel grand pourvoyeur de logements, on assiste à un regain du marché. Parmi les nouveaux projets, principalement à Ixelles et Etterbeek, on peut relever la résidence Quadrian (Bouygues), la résidence Edition (Ghelamco), la résidence Cambre 33 (Fenixco) ou encore l'Elyseum (développé sur la parcelle des anciens bureaux de l'ONVA par E-maprod). " Ce district est celui qui connaît aussi une importante dualité, notamment quand on compare le quartier du Châtelain et certains quartiers situés à Schaerbeek, note Michaël Zapatero. Il s'agit d'un bon indicateur quant au potentiel des quartiers qui sont un peu moins recherchés. " Parmi les autres projets en développement dans ces communes, citons encore la résidence du Parc & B-House à Schaerbeek (BPI et Capital Construct), Métropolies à Bruxelles (Willemen Real Estate) et Ardea à Etterbeek (Willemen Real Estate). Pour le nord de Bruxelles, là où les prix restent les plus intéressants et flirtent en moyenne avec les 2.600 euros/m2, on relève un pipeline de projets en hausse avec notamment Stephenson Gardens ou Canal Wharf (AG Real Estate). Enfin, dans les communes du sud de Bruxelles, Uccle, Auderghem et Woluwe-Saint-Lambert concentrent l'essentiel de la production. Watermael-Boitsfort est actuellement sérieusement à l'arrêt avec un seul projet en développement et 10 unités à commercialiser. L'un des pipelines les moins remplis de la capitale. " Uccle, surtout, et Woluwe-Saint-Lambert, dans une moindre mesure, ressortent vraiment du lot, lance Michaël Zapatero. Auderghem et son vaste pipeline sont aussi à suivre de très près. " Dans ce district, il est de plus en plus compliqué de trouver des appartements à moins de 3.500 euros/m2, à l'exception de certaines promotions situées à Uccle (à proximité de Drogenbos et de Forest notamment), du projet de résidences Alto & Baryton à Auderghem et du quartier Marcel Thiry à Woluwe-Saint-Lambert. Notons aussi la particularité de Woluwe-Saint-Pierre qui ne possède plus que trois projets dans son pipeline. Dont la profonde rénovation du Senato qui atteint des prix moyens de 4.100 euros/m2. La cité de Didier Gosuin connaît une sérieuse embellie en matière de projets immobiliers d'envergure. Un nouvel élan qui trouve notamment son origine dans le développement du site de Delta, l'un des 10 sites qui, selon le gouvernement bruxellois, doit connaître une réelle mutation dans les prochaines années. Parmi les projets qui sortent du lot, citons Universalis Park développé par Immobel et Thomas & Piron, le Delta View (Willemen Real Estate), le Parc Sainte-Anne (Immobel) ou encore le Delvaux (Cordeel et Belfius immo). Et cela alors que le Chirec va y installer ses activités dans les prochains mois, donnant une nouvelle attractivité au quartier. " Auderghem possède un pipeline très important, fait remarquer le bourgmestre en titre Didier Gosuin (DéFI). A Delta principalement mais également dans d'autres zones proches. Ces projets ont notamment pour objectif d'augmenter l'assiette fiscale par le biais d'une valorisation du foncier. Il reste encore des potentialités au Rouge Cloître, à Delta ou le long de la chaussée de Wavre, qui peut être sérieusement densifiée. Ces projets devraient nous permettre d'atteindre la barre des 35.000 habitants dans les prochaines années. " Par Xavier Attout.