Le constat est étonnant. En à peine deux ans, 25 % de projets immobiliers en plus sont apparus sur le marché bruxellois. Et ce, sans pour autant que le stock global ne connaisse la même évolution à la hausse. A première vue, on pourrait donc croire que les promoteurs tendent vers des projets de taille plus petite. Ce n'est pas le cas : vu la nécessité de rentabiliser le foncier dans la capitale, cette situation s'explique davantage par une fin de commercialisation plus compliquée pour de nombreux développements. Voilà l'un des principaux enseignements que l'on peut tirer des dernières données trimestrielles livrées par le bureau d'expertise de Crombrugghe & Partners, qui recense le nombre d'appartements neufs actuellement commercialisés.
...