Après plusieurs années de vaches maigres, le prix médian des appartements au Coq a rebondi d'un spectaculaire 16 % en 2017. Les appartements se négocient aujourd'hui 215.000 euros, selon les chiffres de la Fédération royale du notariat belge. Carine Dehondt de l'Agence Claeys n'hésite pas à qualifier le cru 2017 d'" exceptionnel ". " Cette année a commencé sur les chapeaux de roues, explique notre interlocutrice. Les prix restent stables. Le bâti neuf a atteint ses limites. Les vendeurs peinent à amortir leur investissement lors de la vente de certains projets et sont obli...

Après plusieurs années de vaches maigres, le prix médian des appartements au Coq a rebondi d'un spectaculaire 16 % en 2017. Les appartements se négocient aujourd'hui 215.000 euros, selon les chiffres de la Fédération royale du notariat belge. Carine Dehondt de l'Agence Claeys n'hésite pas à qualifier le cru 2017 d'" exceptionnel ". " Cette année a commencé sur les chapeaux de roues, explique notre interlocutrice. Les prix restent stables. Le bâti neuf a atteint ses limites. Les vendeurs peinent à amortir leur investissement lors de la vente de certains projets et sont obligés de vendre à perte. L'offre de nouveaux appartements continue à croître, ce qui influence les prix. " Selon le bureau d'expertise de Crombrugghe & Partners, le prix médian de l'appartement neuf au Coq a forci de 3,3 % cette année, pour s'établir à 2.950 euros/m2. Le consultant immobilier fait toutefois remarquer que certains projets à Vosseslag tirent les prix vers le bas. A Wenduine également, les prix sont en berne. Cette section de la commune a pourtant enregistré la plus forte hausse du nombre de transactions de toute la côte. Dans la Nouvelle Concession, le promoteur POC Partners facture 3.600 euros/m2. Bon nombre de primo-propriétaires mettent en vente l'appartement acquis dans la première phase de ce projet parce qu'ils peuvent en obtenir bien plus que les 1.800 euros/m2 payés à l'achat. Ce projet de 500 nouveaux logements aurait dû être finalisé entre 2000 et 2015 d'après le planning initial. " Nous en avons construit 150, précise Peter Taffeiren, CEO de POC. La crise nous a obligés à revoir nos ambitions à la baisse. Depuis 2015, nous pouvons à nouveau demander des prix normaux et vendons une vingtaine d'appartements annuellement. La deuxième phase de construction de 32 appartements vient de débuter. " Pour ce qui est des maisons, les chiffres sont nettement moins flatteurs. Ce segment a enregistré la plus forte baisse de toute la côte en 2017 : - 10 % à 225.000 euros. " Les acheteurs sont de mieux en mieux informés et sensibles au prix, indique Carine Dehondt. Les vendeurs qui s'imaginent pouvoir demander des prix exorbitants sont pénalisés. " " Le Coq, c'est Knokke sans le tralala, la cité balnéaire des gens sans chichi ", indique Peter Taffeiren. Rares sont toutefois les investisseurs qui misent sur les secondes résidences au Coq. " Un investissement dans des habitations coûteuses de la Concession et sur la digue ne donnera jamais un rendement annuel suffisant, estime Carine Dehondt. Certains particuliers achètent parce qu'ils ont de l'argent en banque qui ne rapporte quasi rien. Par ailleurs, les gens de la région qui en ont les moyens investissent dans de petites habitations bon marché pour les mettre en location. " Ce type de logement est le plus souvent loué à des natifs du Coq, ce qui évite au propriétaire de devoir payer la taxe sur les secondes résidences.