Le notaire ayant mené les enchères a suspendu la séance sur le montant maximum proposé parmi l'assemblée, soit 7,1 millions d'euros. S'agissant d'une vente publique volontaire, le vendeur, la BNB, devait se positionner sur ce montant.

La BNB l'a accepté, se disant satisfaite. Après consultation du gouverneur de la province de Liège, la vente a été adjugée sous faculté de surenchère pour une période de quinze jours. Cela signifie qu'une offre supérieure peut être formulée durant ce laps de temps.

La personne ayant fait cette offre est une Bruxelloise qui n'a pas souhaité communiquer son identité. Elle n'a pas souhaité non plus évoquer son projet. Tout au plus a-t-elle précisé qu'il s'agit d'un projet d'ordre culturel et qu'elle désire qu'il soit accessible, du moins en partie, au grand public.

"C'est un projet que j'ai en tête depuis 15 à 20 ans et je serais très heureuse s'il se réalise", a-t-elle confié. "J'aime beaucoup le bâtiment et je pense que mon projet plaira aux Liégeois."

Le notaire ayant mené les enchères a suspendu la séance sur le montant maximum proposé parmi l'assemblée, soit 7,1 millions d'euros. S'agissant d'une vente publique volontaire, le vendeur, la BNB, devait se positionner sur ce montant. La BNB l'a accepté, se disant satisfaite. Après consultation du gouverneur de la province de Liège, la vente a été adjugée sous faculté de surenchère pour une période de quinze jours. Cela signifie qu'une offre supérieure peut être formulée durant ce laps de temps. La personne ayant fait cette offre est une Bruxelloise qui n'a pas souhaité communiquer son identité. Elle n'a pas souhaité non plus évoquer son projet. Tout au plus a-t-elle précisé qu'il s'agit d'un projet d'ordre culturel et qu'elle désire qu'il soit accessible, du moins en partie, au grand public. "C'est un projet que j'ai en tête depuis 15 à 20 ans et je serais très heureuse s'il se réalise", a-t-elle confié. "J'aime beaucoup le bâtiment et je pense que mon projet plaira aux Liégeois."