DigitalBelgium, AI4Belgium, un plan d'action IA du gouvernement flamand, DigitalWallonia4.ia, l'Artificial Intelligence Adoption Focus Group d'Agoria. Autant d'initiatives, initiées et soutenues par les pouvoirs publics, que Carmina Coenen (Salesforce) estime précieuses et importantes. En effet, si l'on ne veut pas se faire distancer dans le peloton de l'IA, il n'y a plus de temps à perdre.

Le rapport Global Competitiveness Index 2019 publié par le Forum Economique Mondial place notre pays en 22ème position parmi les économies les plus concurrentielles de la planète. Ce n'est certes pas un mauvais score mais cela n'a rien non plus d'un exploit -- tous les pays limitrophes nous précèdent dans la liste. Ce n'est pas non plus une place qui doit nous inciter à nous reposer sur nos lauriers. Les choses peuvent en effet changer rapidement. Nous obtenons par exemple des résultats relativement mauvais en matière d'innovation à long terme. Les montants que la Belgique investit en R&D, en IT et dans les développements techniques se situent en-deçà des investissements de pays voisins tels que l'Allemagne ou les Pays-Bas ou que le maillot jaune que sont les Etats-Unis. De même, nous sommes moins bien placés en termes de commercialisation et dépôt de marques. Il s'agit là d'un réel risque dans la mesure où cela a un impact énorme sur la connaissance des principales technologies, notamment l'intelligence artificielle.

Je suis heureuse de voir que les gouvernements, tant fédéral que régionaux, entreprennent, chacun, une action. En dépit du blocage politique, nous voyons clairement dans ces initiatives la volonté de notre pays de vouloir jouer dans le concert de l'économie mondiale concurrentielle. Un contexte où il est essentiel de multiplier les développements et applications de l'IA, dans notre pays, en s'appuyant sur un plan d'action composé de divers scénarios.

Dresser la carte des opportunités

Une étude récente du SPF Economie révèle que 75% des Belges adoptent une attitude positive vis-à-vis des nouvelles technologiques. Toutefois, la moitié d'entre eux ne savent pas ce qu'implique concrètement l'IA. Voilà pourquoi le premier but de l'initiative IA consiste à réunir une quarantaine d'experts IA, venus de différents secteurs (au sein de la "AI 4 Belgium Coalition"). Ils travaillent à l'élaboration d'un plan directeur stratégique visant non seulement à renforcer la perception générale de l'IA -- loin des yeux, loin du coeur -- mais également à dresser la carte des potentiels et atouts IA dans notre pays. Sur base de quoi, il sera possible de procéder à des recommandations ciblées.

La bonne nouvelle, c'est que les pouvoirs publics, les experts académiques et le monde de l'entreprise conjuguent leurs forces et reconnaissent que l'expertise en IA est une responsabilité partagée. Ensemble, nous pouvons utiliser la technologie IA pour trouver des réponses aux défis sociétaux.

Se concentrer sur l'être humain

L'une des recommandations formulées par AI4Belgium vise quelque chose qui nous passionne tout spécialement chez Salesforce. A savoir, la place centrale de l'humain. Nous devons certes créer les conditions parfaites pour générer un climat IA fertile mais nous ne pouvons pas oublier que la technologie doit être au service de l'humain. Et non l'inverse. Cela implique également d'accorder de l'attention à la formation afin de combler le fossé des connaissances numériques. Le flux permanent des développements technologiques, dans cette quatrième révolution industrielle, exige également une nouvelle approche de l'apprentissage: l'apprentissage à vie. Une enquête récente que nous avons menée indique qu'à l'heure actuelle, une majorité de salariés s'en vont chercher du soutien auprès de leurs collègues plus jeunes lorsqu'il s'agit de compétences numériques.

A l'inverse, les travailleurs recherchent des employeurs qui les aident à acquérir de nouvelles compétences. C'est là que nous, acteurs du secteur privé, devons intervenir et prendre nos responsabilités. Il existe heureusement déjà toute une série de formidables initiatives qui contribuent à combler le fossé des compétences. Nous-mêmes avons promis de procurer des formations et des compétences à 250.000 Européens au cours des cinq prochaines années par le biais de notre plate-forme d'apprentissage gratuite Trailhead, afin qu'ils puissent améliorer leur situation sur le marché du travail.Sagacité et valeur éthiques

Un autre élément-clé concerne la spécialisation. De nombreuses recherches sont en cours, en matière d'IA, dans le monde entier et nous ne disposons pas, chez nous, des effets d'échelle et/ou des budgets de grands acteurs tels que la Chine ou les Etats-Unis. Mais, comme c'est le cas dans le secteur pharmaceutique, nous pouvons nous spécialiser dans des domaines IA pertinents. En étant judicieux dans nos priorités, il est possible de devenir un important acteur mondial et centre de connaissances.

L'éthique joue par ailleurs un rôle important. A l'instar des pouvoirs publics, je perçois l'énorme potentiel de l'IA mais aussi la nécessité de l'utiliser de manière responsable. Voilà pourquoi Salesforce accorde une place centrale à un usage éthique et humain de la technologie. Nous nous concentrons par exemple sur l'extension des métiers actuels qui sont influencés par l'IA plutôt que sur leur remplacement. L'un de nos objectifs est par ailleurs de concevoir une IA pour tous. Nous disposons par exemple d'une technologie qui élimine automatiquement les biais des jeux de données qui sont utilisés afin d'entraîner les modèles qui déterminent les salaires. En effet, les données peuvent, elles aussi, contenir des relents du passé. En tant qu'entreprises ou que pouvoirs publics, il nous revient d'identifier et de résoudre ce type de problèmes avec l'aide de spécialistes IA.

Je suis complètement d'accord avec les autorités publiques pour considérer qu'il n'y a pas de temps à perdre pour concrétiser ce qui précède. L'IA est une merveilleuse technologie dotée d'un énorme potentiel. A tous niveaux: enseignement, économie, secteur de la santé et société considérée dans son ensemble. La vitesse avec laquelle nous exploitons ce potentiel et comblons le fossé des compétences ne dépend que de nous. Continuons de collaborer et d'innover pour prouver au monde que la Belgique est parée pour l'avenir!

DigitalBelgium, AI4Belgium, un plan d'action IA du gouvernement flamand, DigitalWallonia4.ia, l'Artificial Intelligence Adoption Focus Group d'Agoria. Autant d'initiatives, initiées et soutenues par les pouvoirs publics, que Carmina Coenen (Salesforce) estime précieuses et importantes. En effet, si l'on ne veut pas se faire distancer dans le peloton de l'IA, il n'y a plus de temps à perdre.Le rapport Global Competitiveness Index 2019 publié par le Forum Economique Mondial place notre pays en 22ème position parmi les économies les plus concurrentielles de la planète. Ce n'est certes pas un mauvais score mais cela n'a rien non plus d'un exploit -- tous les pays limitrophes nous précèdent dans la liste. Ce n'est pas non plus une place qui doit nous inciter à nous reposer sur nos lauriers. Les choses peuvent en effet changer rapidement. Nous obtenons par exemple des résultats relativement mauvais en matière d'innovation à long terme. Les montants que la Belgique investit en R&D, en IT et dans les développements techniques se situent en-deçà des investissements de pays voisins tels que l'Allemagne ou les Pays-Bas ou que le maillot jaune que sont les Etats-Unis. De même, nous sommes moins bien placés en termes de commercialisation et dépôt de marques. Il s'agit là d'un réel risque dans la mesure où cela a un impact énorme sur la connaissance des principales technologies, notamment l'intelligence artificielle.Je suis heureuse de voir que les gouvernements, tant fédéral que régionaux, entreprennent, chacun, une action. En dépit du blocage politique, nous voyons clairement dans ces initiatives la volonté de notre pays de vouloir jouer dans le concert de l'économie mondiale concurrentielle. Un contexte où il est essentiel de multiplier les développements et applications de l'IA, dans notre pays, en s'appuyant sur un plan d'action composé de divers scénarios.Dresser la carte des opportunitésUne étude récente du SPF Economie révèle que 75% des Belges adoptent une attitude positive vis-à-vis des nouvelles technologiques. Toutefois, la moitié d'entre eux ne savent pas ce qu'implique concrètement l'IA. Voilà pourquoi le premier but de l'initiative IA consiste à réunir une quarantaine d'experts IA, venus de différents secteurs (au sein de la "AI 4 Belgium Coalition"). Ils travaillent à l'élaboration d'un plan directeur stratégique visant non seulement à renforcer la perception générale de l'IA -- loin des yeux, loin du coeur -- mais également à dresser la carte des potentiels et atouts IA dans notre pays. Sur base de quoi, il sera possible de procéder à des recommandations ciblées.La bonne nouvelle, c'est que les pouvoirs publics, les experts académiques et le monde de l'entreprise conjuguent leurs forces et reconnaissent que l'expertise en IA est une responsabilité partagée. Ensemble, nous pouvons utiliser la technologie IA pour trouver des réponses aux défis sociétaux.Se concentrer sur l'être humainL'une des recommandations formulées par AI4Belgium vise quelque chose qui nous passionne tout spécialement chez Salesforce. A savoir, la place centrale de l'humain. Nous devons certes créer les conditions parfaites pour générer un climat IA fertile mais nous ne pouvons pas oublier que la technologie doit être au service de l'humain. Et non l'inverse. Cela implique également d'accorder de l'attention à la formation afin de combler le fossé des connaissances numériques. Le flux permanent des développements technologiques, dans cette quatrième révolution industrielle, exige également une nouvelle approche de l'apprentissage: l'apprentissage à vie. Une enquête récente que nous avons menée indique qu'à l'heure actuelle, une majorité de salariés s'en vont chercher du soutien auprès de leurs collègues plus jeunes lorsqu'il s'agit de compétences numériques.A l'inverse, les travailleurs recherchent des employeurs qui les aident à acquérir de nouvelles compétences. C'est là que nous, acteurs du secteur privé, devons intervenir et prendre nos responsabilités. Il existe heureusement déjà toute une série de formidables initiatives qui contribuent à combler le fossé des compétences. Nous-mêmes avons promis de procurer des formations et des compétences à 250.000 Européens au cours des cinq prochaines années par le biais de notre plate-forme d'apprentissage gratuite Trailhead, afin qu'ils puissent améliorer leur situation sur le marché du travail.Sagacité et valeur éthiquesUn autre élément-clé concerne la spécialisation. De nombreuses recherches sont en cours, en matière d'IA, dans le monde entier et nous ne disposons pas, chez nous, des effets d'échelle et/ou des budgets de grands acteurs tels que la Chine ou les Etats-Unis. Mais, comme c'est le cas dans le secteur pharmaceutique, nous pouvons nous spécialiser dans des domaines IA pertinents. En étant judicieux dans nos priorités, il est possible de devenir un important acteur mondial et centre de connaissances.L'éthique joue par ailleurs un rôle important. A l'instar des pouvoirs publics, je perçois l'énorme potentiel de l'IA mais aussi la nécessité de l'utiliser de manière responsable. Voilà pourquoi Salesforce accorde une place centrale à un usage éthique et humain de la technologie. Nous nous concentrons par exemple sur l'extension des métiers actuels qui sont influencés par l'IA plutôt que sur leur remplacement. L'un de nos objectifs est par ailleurs de concevoir une IA pour tous. Nous disposons par exemple d'une technologie qui élimine automatiquement les biais des jeux de données qui sont utilisés afin d'entraîner les modèles qui déterminent les salaires. En effet, les données peuvent, elles aussi, contenir des relents du passé. En tant qu'entreprises ou que pouvoirs publics, il nous revient d'identifier et de résoudre ce type de problèmes avec l'aide de spécialistes IA.Je suis complètement d'accord avec les autorités publiques pour considérer qu'il n'y a pas de temps à perdre pour concrétiser ce qui précède. L'IA est une merveilleuse technologie dotée d'un énorme potentiel. A tous niveaux: enseignement, économie, secteur de la santé et société considérée dans son ensemble. La vitesse avec laquelle nous exploitons ce potentiel et comblons le fossé des compétences ne dépend que de nous. Continuons de collaborer et d'innover pour prouver au monde que la Belgique est parée pour l'avenir!