En effet, l'avenir appartiendra aux personnes qui sauront utiliser les ressources de l'hémisphère droit de leur cerveau. Selon cet auteur et consultant américain, Daniel Pink (1), notre économie et notre société se sont construites à partir d'une forme de pensée privilégiant les capacités logiques, linéaires et analytiques, c'est-à-dire des qualités attribuées à l'hémisphère gauche du cerveau. Mais face aux bouleversements de notre époque (globalisation, omniprésence des technologies de pointe, etc.) cette forme de pensée logique est aujourd'hui dépassée. Autrement dit, l'avenir n'appartient plus à ceux qui ont des aptitudes logiques, l'avenir appartiendra à ceux qui ont des aptitudes liées à l'empathie et à l'inventivité !

Soyons clairs, aujourd'hui, avec Internet et le coût de la communication qui est tombé quasi à 0 euro, notre monde économique a changé: si vous vous promenez dans certains quartiers en Inde, vous verrez des experts comptables en train de préparer des déclarations fiscales américaines, des avocats faisant des recherches sur de la jurisprudence européenne et des radiologues indiens interprétant des scanners pour le compte d'hôpitaux américains.

Ce qu'il faut retenir de ce phénomène, c'est qu'à mesure que les coûts de communication seront de moins en moins chers, que l'Inde deviendra le pays comptant le plus d'anglophones au monde, et que d'autres pays émergents continueront à produire des étudiants aux capacités intellectuelles de plus en plus élevées, c'est simple: la vie professionnelle des Occidentaux va être chamboulée ! Toutes les tâches relatives à l'hémisphère gauche du genre programmation, comptabilité, recherche juridique ou analyse financière vont migrer en Asie. Après les cols bleus, ce sont les cols blancs qui sont et seront mis sous pression.

Trois conditions pour survivre dans le monde de demain

Mais si c'est une menace, c'est aussi une source d'opportunité. Pour qui ? Tous ceux qui sauront mieux utiliser l'hémisphère droit de leur cerveau, c'est-à-dire ceux qui sauront se dégager des tâches routinières. Les comptables par exemple devront faire du conseil et pas de l'encodage.

En fait, dans le monde de demain, il faudra se distinguer pour survivre. Il faudra faire quelque chose que les Asiatiques ne pourront pas réaliser pour moins cher que nous.

Et avec la révolution numérique, il faudra également faire quelque chose que les ordinateurs ne pourront pas faire plus rapidement que nous.

Et troisième condition pour survivre dans ce monde de demain, un monde d'abondance, il faudra combler un désir non pas matériel, mais transcendant. Autrement dit, dans une période où les consommateurs recherchent du sens et non plus de l'accumulation de biens, ce qui va être surtout valorisé, c'est la beauté, la spiritualité et l'émotion. Bref, des services, des aptitudes que seul l'hémisphère droit de notre cerveau pourra offrir.

Nous allons donc aller vers une société où les créateurs et les individus doués d'empathie auront davantage de place dans le monde du business, et c'est tant mieux !

(1) Lire aussi, Libre d'agir, l'excellent résumé de Chris Campbell