Dans un message à ses employés, publié sur un blog, le groupe s'est dit "très déçu" par le verdict mais a promis une lutte acharnée contre son concurrent américain, y compris devant d'autres tribunaux dans le monde où les deux firmes se livrent bataille autour des mêmes litiges technologiques.

A 14h30 (7h30 heure belge), le titre Samsung dévissait lundi de 7,76%, à 1.176.000 wons (828 euros) à la Bourse de Séoul.

Pour la plupart des analystes interrogés, les réparations financières infligées au sud-coréen ne constituent pas un problème majeur. Jeff Kang, analyste chez Daishin Securities, souligne ainsi que le bas de laine de Samsung est estimé à quelque 20.000 milliards de wons (14 milliards d'euros).

Mais le procès, le plus grand de ce type depuis des années aux Etats-Unis, était surtout suivi vu ses conséquences potentielles pour le marché en pleine ébullition des tablettes informatiques et des smartphones. Pour Jeff Kagan, un analyste spécialisé dans les technologies, "la question suivante est de savoir si Samsung sera capable de continuer à utiliser les technologies" incriminées "ou s'il devra retirer ses appareils du marché".

Une décision de la justice américaine en ce sens est attendue le 20 septembre.

Trends.be avec Belga

Dans un message à ses employés, publié sur un blog, le groupe s'est dit "très déçu" par le verdict mais a promis une lutte acharnée contre son concurrent américain, y compris devant d'autres tribunaux dans le monde où les deux firmes se livrent bataille autour des mêmes litiges technologiques. A 14h30 (7h30 heure belge), le titre Samsung dévissait lundi de 7,76%, à 1.176.000 wons (828 euros) à la Bourse de Séoul. Pour la plupart des analystes interrogés, les réparations financières infligées au sud-coréen ne constituent pas un problème majeur. Jeff Kang, analyste chez Daishin Securities, souligne ainsi que le bas de laine de Samsung est estimé à quelque 20.000 milliards de wons (14 milliards d'euros). Mais le procès, le plus grand de ce type depuis des années aux Etats-Unis, était surtout suivi vu ses conséquences potentielles pour le marché en pleine ébullition des tablettes informatiques et des smartphones. Pour Jeff Kagan, un analyste spécialisé dans les technologies, "la question suivante est de savoir si Samsung sera capable de continuer à utiliser les technologies" incriminées "ou s'il devra retirer ses appareils du marché". Une décision de la justice américaine en ce sens est attendue le 20 septembre.Trends.be avec Belga