En France, où la société de Mountain View est souvent cible d'attaques diverses, une entreprise a lancé mi-février une alternative baptisée Qwant. Au programme ? Une recherche en ligne qui mise sur une présentation très différente : les résultats de recherche sont catégorisés (Web, shopping, live, social,...). Un concept qui a séduit 150.000 internautes juste après son lancement il y a une semaine. Des chiffres bien sûr, très loin des centaines de millions de personnes qui surfent chaque jour sur Google, mais prometteurs d'après certains observateurs. Reste que Qwant fait déjà face à un solide couac : un surfeur a constaté que les résultats de Qwant émanaient, en fait, en bonne partie de ceux de Bing, le moteur de recherche proposé par Microsoft. Ce qui fait mauvais genre. Qwant pourra-t-il faire face à cette bourde majeure ou rejoindra-t-il la (déjà) longue liste des moteurs de recherche qui se sont cassé les dents face à l'indétrônable Google ?

C.C.

En France, où la société de Mountain View est souvent cible d'attaques diverses, une entreprise a lancé mi-février une alternative baptisée Qwant. Au programme ? Une recherche en ligne qui mise sur une présentation très différente : les résultats de recherche sont catégorisés (Web, shopping, live, social,...). Un concept qui a séduit 150.000 internautes juste après son lancement il y a une semaine. Des chiffres bien sûr, très loin des centaines de millions de personnes qui surfent chaque jour sur Google, mais prometteurs d'après certains observateurs. Reste que Qwant fait déjà face à un solide couac : un surfeur a constaté que les résultats de Qwant émanaient, en fait, en bonne partie de ceux de Bing, le moteur de recherche proposé par Microsoft. Ce qui fait mauvais genre. Qwant pourra-t-il faire face à cette bourde majeure ou rejoindra-t-il la (déjà) longue liste des moteurs de recherche qui se sont cassé les dents face à l'indétrônable Google ? C.C.