Le spécialiste belge du crowdfunding a de grandes ambitions. Très forte en communication, la start-up a réalisé une levée de fonds en "live" en janvier où elle a obtenu 1,6 million d'euros. Objectif ? Son internationalisation dans des pays comme la France, la Pologne ou l'Italie parmi d'autres. Dans le cadre d'une analyse consacrée à MyMicroInvest publiée cette semaine dans Trends-Tendances, nous avons rencontré Oli...

Le spécialiste belge du crowdfunding a de grandes ambitions. Très forte en communication, la start-up a réalisé une levée de fonds en "live" en janvier où elle a obtenu 1,6 million d'euros. Objectif ? Son internationalisation dans des pays comme la France, la Pologne ou l'Italie parmi d'autres. Dans le cadre d'une analyse consacrée à MyMicroInvest publiée cette semaine dans Trends-Tendances, nous avons rencontré Olivier de Duve, CEO de MyMicroInvest. Il nous a notamment expliqué l'objectif, très ambitieux, que s'est fixée la jeune entreprise dont José Zurstrassen est l'emblématique président. En 2016, il espère que MyMicroInvest parviendra à lever via les internautes investisseurs pas moins de 12 millions d'euros, soit 6 fois plus que ce que MyMicroInvest est parvenu à réaliser jusqu'ici.Par ailleurs, nous avons appris que MyMicroInvest analysait également le développement de nouveaux fonds d'investissement en marge de sa plateforme. Ce n'est pas toujours très connu, mais MyMicroInvest dispose et gère également un fonds baptisé Inventures qui investit dans certaines start-up passant sur sa plateforme de crowdfunding. Inventures disposait de 15 millions d'euros (privé + public) mais arrive progressivement à la fin de ses investissements (ce qui n'a pas encore été investi doit servir à soutenir la croissance de quelques-uns des 12 projets dans lesquels Inventures a investi). Du coup, les dirigeants de MMi imaginent en développer un deuxième. Une sorte d'Inventures 2. Peut-être plus international pour soutenir l'évolution européenne de la plateforme de crowdfunding... Par ailleurs, avec les développements du tax shelter dédié aux start-up, il nous revient que la création d'un fonds dans ce domaine est également à l'étude. Mais rien n'est encore établi...