TRENDS-TENDANCES. Faites-nous le pitch de Home Heroes.

THIERRY BRIERS. Home Heroes propose un service d'installation d'objets connectés à domicile. Nous pouvons fournir les objets (éclairage, sonnette, thermostats, etc.) et venir les configurer chez les particuliers.

Quel public visez-vous ?

Un public principalement aisé qui se répartit en deux grandes catégories. D'une part, la génération d'actifs qui n'ont pas le temps ou l'envie de s'occuper du placement de ces objets. De l'autre, les plus de 55 ans et les babyboomers qui ont les moyens, sont attirés par des installations qu'ils ont vues par exemple chez leurs proches et comprennent toute l'utilité des objets connectés.

Pourtant, le placement des objets connectés est généralement assez simple. Et les fabricants promettent de simplifier toujours plus le processus d'installation. Cela va à l'encontre de votre modèle non ?

Bien que certains systèmes plug and play ne nécessitent effectivement pas ou peu d'installation, une catégorie de personnes ne veut pas - ou n'ose pas - s'en occuper. Elle préfère faire appel à quelqu'un, même pour forer quelques trous dans un mur. C'est comme couper une haie : c'est facile mais beaucoup font pourtant appel à un jardinier. Et puis l'installation n'est qu'un volet de l'activité de Home Heroes. Nous nous chargeons aussi de la configuration, de l'explication et de la mise en route de ces objets dont le public n'utilise généralement que 20% des fonctionnalités.

Même si votre secteur est celui des objets connectés, vous êtes donc une entreprise de services ?

En effet, c'est notre modèle. Nous facturons 80 euros hors TVA la première heure et 50 euros les suivantes. Nous avons par ailleurs noué plusieurs partenariats avec des distributeurs, avec MediaMarkt par exemple : sur demande du client, notre équipe intervient pour des installations et configurations de produits achetés chez eux. Le service constituera l'essentiel de nos revenus mais nous développons aussi des revenus accessoires provenant de la vente d'objets connectés. Ce n'est pas notre core business, mais lorsqu'un client nous demande d'installer certains produits, nous pouvons venir et facturer le matériel. Grâce à nos partenariats avec des fabricants, nous disposons d'un certaine marge.

© PG

Ce modèle ne répond pas à la grande règle de "scalabilité" chère aux start-up actuelles...

C'est vrai : notre courbe de coûts va augmenter dans les mêmes proportions que notre croissance. Nous ne sommes donc pas une société " scalable ". Mais n'avons pas besoin de l'être. Et si nous n'avons pas le même modèle que les start-up du numérique, nous avons tout de même un fort potentiel de croissance. Notamment parce que nous pourrons accompagner notre service d'une vraie valeur ajoutée pour le client.

Que représente Home Heroes pour l'instant ?

Nous sommes deux associés, dont un seul à temps plein, et nous venons d'engager le deuxième installateur. Nous n'en sommes qu'au début et ne réalisons pour l'instant que quelques installations par semaine. Mais cela nous a déjà permis de financer l'engagement de nos hommes.